Un indicateur de police en examen pour un vaste trafic de drogue

le
0
    PARIS, 6 avril (Reuters) - Un indicateur de police mis en 
cause dans un trafic de 15 tonnes de cannabis a été mis en 
examen mardi à Paris après son transfert de Belgique où il avait 
été interpellé en février, a-t-on appris mercredi de source 
judiciaire. 
    L'arrestation de cet homme soulève des questions sur le rôle 
dans cette affaire de l'Office central pour la répression du 
trafic illicite de stupéfiants (Octris), souligne Le Monde daté 
de jeudi, qui a révélé l'information. 
    La juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris 
suspecte en effet cet indicateur d'avoir été le principal 
bénéficiaire d'une "livraison surveillée" pilotée par l'Octris 
de plusieurs tonnes de cannabis en provenance du Maroc. 
    Une "livraison surveillée" vise, grâce à une information 
venue de l'intérieur d'un réseau, à démanteler les destinataires 
de la marchandise.  
    Selon Le Monde, le trafiquant mis en examen était "traité en 
personne" par François Thierry, le chef de l'Octris. 
    L'affaire remonte au 17 octobre 2015, quand les agents des 
douanes avaient saisi 7,1 tonnes de cannabis entreposées dans 
trois fourgonnettes garées sur le boulevard Exelmans, dans le 
XVIe arrondissement de Paris. 
    François Hollande avait alors salué la plus importante 
saisie jamais réalisée dans la capitale, bien qu'il n'y ait eu 
aucune interpellation. 
    Mais très vite, le nom d'un sulfureux indicateur demeurant 
dans un immeuble situé sur le boulevard où se trouvaient les 
fourgonnettes était apparu.  
    Peu de temps après, le procureur de la République de Paris 
avait dessaisi l'Octris - alors chargé des suites de l'enquête - 
après avoir découvert que le suspect était en "relation directe" 
avec ce service, révélait Le Parisien le 24 octobre. 
    L'homme identifié, originaire de Mulhouse (Haut-Rhin), est 
présenté comme l'un des "ténors" du trafic de cannabis en 
France, assurant notamment toute la logistique du transport 
sécurisé de la drogue entre le Maroc et la France. 
    Condamné à treize ans de prison en 2011, il a été remis en 
liberté il y a près de 18 mois.  
    Une semaine après la saisie de Paris, 6,2 tonnes de la même 
marchandise ont été saisies en Belgique et 1,9 tonne sur 
l'autoroute A11 en direction de Nantes. 
    Les enquêteurs pensent que les 15 tonnes ont été réparties à 
Paris à bord de véhicules utilitaires, sans que l'on sache si 
l'Octris a perdu le contrôle de la livraison ou a omis d'alerter 
la justice que la drogue transitait par la capitale. 
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant