Un homme, un stade : Louis Fonteneau

le
0
Un homme, un stade : Louis Fonteneau
Un homme, un stade : Louis Fonteneau

Souvent, derrière le nom d'un stade, se trouve celui d'un homme. Une figure éminente de la ville ou du club. Emmitouflé dans ses vestes à l'anglaise, Louis Fonteneau a guidé le FC Nantes au sommet du football français sans faire de bruit. Sous le chapeau, monsieur Louis, un homme du passé.

Si Waldemar Kita quittait demain la présidence du FC Nantes, est-ce qu'un ancien joueur ou entraîneur du club viendrait le voir pour lui dire : "Monsieur Kita, vous resterez toujours mon président" ? C'est ce qu'a fait Henri Michel pour Louis Fonteneau lorsque celui-ci passa la main, en décembre 1986, après dix-sept ans de présidence.

Le bon monsieur Louis


Arrivé en Loire-Atlantique après la Seconde Guerre mondiale, Louis Fonteneau fait ses premiers pas au FC Nantes au milieu des années 50 et en devient rapidement le vice-président. Très proche des joueurs, il est leur confident, le médiateur idéal entre eux et la tête du club. Il a l'allure d'un bon père de famille et impose le respect par sa sagesse et son humanisme. "Louis Fonteneau est un homme d'hier, qui ne sort jamais sans sa cravate, son chapeau et son épouse, Marie-Jeanne. Il aime la mesure, les gens bien élevés et les discussions courtoises", écrit dans Au nom du foot le publicitaire Jean-Claude Darmon, qui travaille pour le club à la fin des années 60.

C'est à cette période, justement, que Louis Fonteneau dépose ses vestes anglaises sur le fauteuil de président du FC Nantes, récupérant la place de son ancien boss, Jean Clerfeuille, critiqué pour sa gestion du club. Commence alors pour l'homme au chapeau un bail de dix-sept ans, pendant lequel le FC Nantes va imposer son style au football français, décrochant quatre titres de champion, une Coupe de France, et le cœur de nombreux amoureux du beau jeu.

Un président idéal ?


Sa présidence est à son image : sage mais pas lisse, rigoureuse mais humaine. Louis Fonteneau est de ces présidents qu'aiment les entraîneurs, car ils ne se prennent pas pour des entraîneurs. Pas d'ingérence dans le sportif, pas de saillies intempestives par voie de presse et, surtout, le pif pour mettre les bons hommes aux bons postes. Jean-Claude Suaudeau est d'abord propulsé à la tête des équipes de jeunes, puis de l'équipe fanion en 82, et Robert Budzynski est nommé directeur sportif, poste créé par Fonteneau lui-même.

Après

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant