Un homme, un stade : Jean Bouin

le
0
Un homme, un stade : Jean Bouin
Un homme, un stade : Jean Bouin

Certains noms de stade se retrouvent essaimés un peu partout dans le pays. C'est notamment le cas de Jean Bouin, dont le nom parcourt la France d'est en ouest, et du sud au nord. En partant de Marseille, sa ville de naissance. Preuve que l'homme, né à la fin du XIXe siècle, était fait pour l'endurance et les mémoires.

" Jean Bouin, comme Roland Garros, a un nom connu de tout le monde, mais personne ne connaît vraiment le personnage. " Michel Merckel, historien ayant travaillé sur les liens entre la Grande Guerre 14-18 et le sport, connaît bien l'histoire de Jean Bouin et la raison pour laquelle, de Cholet à Marseille, en passant par les alentours du Parc des Princes ou Angers, on trouve des stades en son honneur un peu partout. " Jean Bouin est un symbole. Dans l'imaginaire français, il a une place à part. " Une place partagée aux côtés de Roland Garros, notamment, dès la couverture de l'hebdomadaire La Vie au grand air début 1914. Une place légèrement oubliée par le temps, alors que le coureur a eu une place dans le panthéon national des grands sportifs, et est de ces figures qui traversent les régionalismes et les amours locaux. Cette place lui permet d'avoir le deuxième nom le plus répandu en France pour une enceinte sportive derrière Louison Bobet, même si Michel Merckel admet ne pas pouvoir estimer le nombre exact, une tâche " trop difficile ". Jean Bouin n'est pas un anonyme pour quiconque a passé ses week-ends à écumer les gymnases de sa région.

Premier recordman français


Si Jean Bouin est un sportif reconnu, c'est évidemment pour ses performances athlétiques. Très rapidement, le natif de Marseille fait montre de ses qualités en endurance. Il fait du cross et de l'heure ses grandes spécialités à la course à pied. En 1911, il établit le record mondial du 10 000 mètres, puis deux ans plus tard celui de l'heure. C'est ainsi le premier Français à se montrer plus rapide que les autres. " C'est l'une des facettes de la popularité de Jean Bouin en France. On l'adulait pour ses performances. " Son grand rendez-vous a lieu un an après, pour les Jeux olympiques. À Helsinki, malheureusement, il ne finit pas la course de cross-country et termine seulement à la 2de place du 5 000 mètres, derrière le Finlandais Hannes Kolehmainen.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant