Un homme, un stade : Geoffroy Guichard

le
0
Un homme, un stade : Geoffroy Guichard
Un homme, un stade : Geoffroy Guichard

Souvent, derrière le nom d'un stade, se trouve celui d'un homme. Une figure éminente de la ville ou du club. Ou parfois les deux, comme c'est le cas pour Geoffroy Guichard, fondateur de l'AS Saint-Etienne et du groupe Casino qui a tend rendu fier le Forez.

" Vous dénigrez l'âme de nos clubs pour de sales billets. Vous oubliez les gloires du passé au profit de marques intéressées. Le naming est le nouveau fléau du football français. Et c'est pas une pizza dégueulasse qui nous fera changer d'idée. Pour un football populaire : stop business". Le moins que l'on puisse dire, c'est que les supporters stéphanois tiennent à leur stade Geoffroy-Guichard, en atteste la banderole déployée dimanche 20 novembre contre Nice. L'idée que le Chaudron puisse être renommé au nom d'une marque comme un vulgaire Matmut Atlantique leur fait froid dans le dos. Une preuve de fidélité et un très bel hommage pour le fils de l'épicier du coin, né il y a maintenant 150 ans à une quarantaine de kilomètres au nord de Saint-Etienne, dans la petite commune de Feurs. Car Geoffroy Guichard est parti de loin, avant de poser les bases de ce que deviendra l'AS Saint-Etienne.

La naissance de Casino


En 1858, dix ans avant la naissance de Geoffroy, le casino lyrique de la rue des Jardins, à Saint-Etienne, est contraint de fermer pour cause de mœurs un peu trop légères au sein de l'établissement. M. Bréchaud reprend alors le bâtiment pour une bouchée de pain en 1860 et le transforme en une petite épicerie de détail sans problème et sans ambition. Mais 32 ans plus tard, en 1892, un homme va venir chambouler le destin du petit local aux stores verts de la rue des Jardins. Geoffroy Guichard a abandonné ses études supérieures il y a peu pour apporter son aide au commerce familial qu'il développe avec sa belle-famille. Associé au cousin de sa femme, Paul Perrachon, il devient le propriétaire de l'épicerie. Six ans plus tard, il enclenche la vitesse supérieure en s'installant avec sa femme Antonia dans la rue des Jardins. Surnommé "Le Sénat" par leurs employés, l'appartement donne directement à l'intérieur du magasin.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant