Un homme suspecté de vol blessé par le GIGN

le
1

NICE (Reuters) - Un homme suspecté de préparer un vol à main armée a été blessé mercredi par balle lors de son interpellation par le GIGN à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Il était dans la soirée dans un état critique, a-t-on appris auprès du procureur de la République de Grasse, Georges Gutierrez.

La thèse de la légitime défense est privilégiée, a précisé le magistrat.

Les forces de l'ordre ont pris position autour de son domicile peu avant 06h00 en vue de procéder à son arrestation quand il est sorti de son domicile, tombant alors nez à nez avec les gendarmes.

L'un des militaires lui a demandé de se rendre mais l'homme de 55 ans a refusé d'obtempérer et s'est enfui en direction de son domicile.

Lors de la course-poursuite, le gendarme du GIGN a fait usage d'un pistolet électrique qui n'a pas marché puis a basculé à travers la porte d'entrée de la maison tandis que le malfaiteur s'emparait d'une arme, "un 11.45 chargé de huit balles avec le chien en position arrière, prêt à tirer", a précisé Georges Gutierrez.

"Le gendarme a visé le poignet pour le désarmer mais la balle a aussi traversé le foie, l'intestin grêle et le colon", a-t-il ajouté.

Le blessé a été évacué dans un hôpital cannois puis opéré dans la journée.

Lors de la perquisition à son domicile, les gendarmes ont retrouvé un fusil à pompe chargé, un gilet pare-balles, un fusil de collection et un 6.35 non chargés ainsi qu'une petite quantité de cocaïne.

Considéré comme "dangereux", l'homme n'est pas un inconnu du banditisme. De 1978 à 2008, il a été condamné huit fois par la justice pour vols, vols avec violence, recels, représentant au total une trentaine d'années de prison.

En 1997, il avait notamment écopé de douze ans de réclusion criminelle pour vol avec arme par la cour d'assises des Alpes-Maritimes.

Matthias Galante, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le jeudi 22 aout 2013 à 12:45

    Encore un espoir de la France qui s'éteint ?