Un homme soupçonné de meurtre libéré faute d'encre dans le fax

le
5

L'histoire d'un suspect libéré suite à une grossière erreur matérielle fait grand bruit à Bobigny. Ce type d'incident n'est pas isolé. Les policiers dénoncent la multiplication des tâches administratives.

Le principal suspect dans le meurtre d'un disc-jockey battu à mort en 2011 en Seine-Saint-Denis a été libéré mercredi à cause d'un manque d'encre dans un télécopieur. L'homme est sorti hier à 17 heures de la maison d'arrêt de Villepinte à cause, donc, d'un problème de procédure. Le parquet de Bobigny n'avait pas d'encre dans son fax et un papier n'est jamais parvenu à la chambre de l'instruction. La nuit de la Saint-Sylvestre 2011, un père de famille de 33 ans et DJ amateur, avait été frappé à mort par une dizaine de personnes pour avoir refusé l'entrée d'une soirée qu'il organisait au Blanc-Mesnil. Considéré comme le principal suspect, un homme avait été interpellé peu de temps après les faits et écroué. Une seconde personne avait été interpellée en novembre...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4333993 le vendredi 7 fév 2014 à 14:12

    A Marseille, ils ne se posent pas, eux, la question de l'encre dans le fax pour régler un litige.... y'à jamais de vice de procédure !

  • M6486201 le vendredi 7 fév 2014 à 13:47

    comme toujours avec les bavures de la justice :pas coupable pas responsable

  • ltondu le vendredi 7 fév 2014 à 12:54

    virer le boss !

  • pichou59 le vendredi 7 fév 2014 à 11:57

    un peu moins de personnel dans les ministères, affecter comme scribes dans les tribunaux?

  • nono67 le vendredi 7 fév 2014 à 11:14

    allo mme taubira, une circulaire ??