Un homme soupçonné d'implication terroriste arrêté à Londres

le
0
UN HOMME SOUPÇONNÉ D'IMPLICATION TERRORISTE ARRÊTÉ À SA SORTIE DE LA BBC
UN HOMME SOUPÇONNÉ D'IMPLICATION TERRORISTE ARRÊTÉ À SA SORTIE DE LA BBC

LONDRES (Reuters) - La police antiterroriste britannique a arrêté vendredi soir au siège de la BBC un homme qui a affirmé pendant un entretien télévisé que les services de renseignement avaient tenté de recruter comme informateur un des deux meurtriers présumés d'un soldat à Londres, a-t-on appris samedi auprès de la BBC.

Michael Adebolajo, 28 ans, et Michael Adebowale, 22 ans, sont hospitalisés sous surveillance policière après avoir été blessés par balles pendant leur interpellation. Ils n'ont pas encore été formellement inculpés du meurtre à l'arme blanche de Lee Rigby, 25 ans, mercredi en plein jour dans le quartier de Woolwich.

Un homme présenté par la BBC sous le nom d'Abu Nusaybah a déclaré pendant l'enregistrement de "Newsnight", le programme d'information phare de la chaîne, que des agents des services de renseignement avaient approché Michael Adebolajo il y a six mois pour lui proposer de travailler pour eux comme informateur.

Mais il a ajouté qu'Adebolajo, Britannique d'origine nigériane, qui rentrait d'un voyage au Kenya, avait refusé de collaborer.

Selon Richard Watson, le journaliste qui a mené l'interview, la police attendait Abu Nusaybah à la sortie des studios vendredi soir. Le programme a été diffusé plus tard dans la soirée.

La police métropolitaine de Londres a annoncé de son côté que la police antiterroriste avait arrêté à 20h30 GMT un homme de 31 ans soupçonné de "préparation et d'incitation à des actes de terrorisme".

Un porte-parole de la police a précisé que l'arrestation avait eu lieu au siège de la BBC, mais il n'a pas confirmé le nom du suspect. Selon lui, l'arrestation n'est pas directement liée au meurtre de Lee Rigby.

La police et le ministère de l'Intérieur n'ont pas souhaité faire de commentaire sur les déclarations d'Abu Nusaybah à la BBC.

Une source proche de l'enquête avait indiqué cette semaine à Reuters que les deux meurtriers présumés étaient connus du MI5, les services de renseignement intérieur britannique. Ils n'étaient toutefois pas considérés comme dangereux.

Le Premier ministre David Cameron a annoncé qu'une commission parlementaire allait enquêter sur les éventuelles défaillances des services de sécurité.

Peter Griffiths; Tangi Salaün pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant