Un homme mis en examen dans l'enquête sur Saint-Etienne-du-Rouvray

le
0
    PARIS, 12 août (Reuters) - Un homme en garde à vue depuis 
lundi dans l'enquête sur l'assassinat du prêtre Jacques Hamel 
dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) le 26 
juillet, à été mis en examen vendredi, a-t-on appris de source 
judiciaire. 
    Le suspect, âgé de 21 ans, a été mis en examen pour 
association de malfaiteurs terroristes en vue de commettre des 
crimes d'atteinte aux personnes. Il a été écroué, conformément 
aux réquisitions du parquet. Les enquêteurs ont établi qu'il 
avait été en contact téléphonique avec les deux assaillants, 
Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, selon une source 
policière. 
    Ils ont découvert qu'il avait fait un aller-retour entre 
Toulouse et Saint-Étienne-du-Rouvray les jours précédant 
l'attentat. "Il a dormi à Saint-Etienne-du-Rouvray et est revenu 
le lendemain à Toulouse", a-t-on précisé. 
    Le jeune homme, jusque-là inconnu des services de police, à 
reconnu avoir passé la nuit sur place mais à indiqué pour sa 
défense être reparti dès le lendemain "parce que le contact avec 
les deux jeunes gens n'était pas bon", a souligné la source 
policière. 
    Il avait été interpellé lundi chez lui à Pechbonnieu, dans 
la banlieue nord de Toulouse. 
    Les enquêteurs cherchent à savoir si Adel Kermiche et Abdel 
Malik Petitjean ont bénéficié de complicités en France et à 
déterminer s'ils étaient en liaison avec l'Etat islamique (EI), 
qui a revendiqué l'attentat. 
    Un cousin d'Abdel-Malik Nabil Petitjean a été mis en examen 
le 31 juillet et placé en détention provisoire. 
    Farid K., 30 ans, originaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle), 
"avait parfaitement connaissance, si ce n'est du lieu et du jour 
précis, de l'imminence d'un projet d'action violente de son 
cousin", a déclaré le parquet de Paris. 
 
 (Gérard Bon, édité par Jean-Baptiste Vey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant