Un Hollande "présidentiel" évite les flèches de Sarkozy

le
12
Un Hollande "présidentiel" évite les flèches de Sarkozy
Un Hollande "présidentiel" évite les flèches de Sarkozy

PARIS (Reuters) - Un François Hollande soucieux d'apparaître comme le prochain président de la République a répliqué avec ironie mercredi soir au procès en incompétence intenté par Nicolas Sarkozy que le candidat socialiste a accusé d'être "toujours content" de lui.

Le ton calme, les mains appuyant son propos, le député de Corrèze a répondu aux vives offensives du président sortant durant 144 minutes de débat télévisé organisé à quatre jours du second tour de l'élection présidentielle.

Face aux "M. Hollande" de Nicolas Sarkozy, au corps beaucoup plus mobile que le sien, François Hollande a posé un discours pédagogique et affiché une retenue visiblement destinée à présenter une stature présidentielle aux quelque 20 millions de téléspectateurs assistant à ce duel de l'entre-deux-tours.

"Moi, président de la République", a-t-il ainsi répété dans une longue liste résumant ses intentions, à l'approche de la fin d'un débat où il a truffé son discours de formules telles que "Je prends un engagement devant les Français" et "Si je deviens le prochain président de la République".

Une façon de répliquer à un Nicolas Sarkozy volontiers condescendant, dénonçant "les vieilles lunes", "la folie dépensière" et "le laxisme" d'un élu "depuis si longtemps éloigné des dossiers", dont "la normalité n'est pas à la hauteur des enjeux".

Dès le début des échanges, François Hollande a ironisé sur le regard du président face à son propre bilan.

"Avec vous, c'est très simple, ce n'est jamais de votre faute", a accusé le candidat socialiste, vêtu comme son adversaire d'un costume et d'une cravate sombres - noir pour lui, bleu nuit pour Nicolas Sarkozy.

"Quoi qu'il arrive, quoi qu'il se passe, vous êtes content. Les Français le sont moins", a-t-il ajouté, brocardant notamment le bilan du chef de l'Etat en matière de chômage.

IRONIE

Le thème du mensonge a donné lieu à plusieurs joutes entre les deux hommes.

"Dans votre volonté de démontrer l'indémontrable vous mentez", a attaqué à un moment Nicolas Sarkozy.

"Ça vous reprend. C'est décidément un leitmotiv qui devrait pour moi être insupportable mais qui dans votre bouche finit par être une habitude", a répondu François Hollande. "A force de l'exprimer ça veut dire que vous avez une propension qui me paraît assez grande à commettre ce que vous reprochez à d'autres".

Nicolas Sarkozy a repris à son compte des arguments datant de la primaire socialiste, rappelant la proposition de Manuel Valls, directeur de la communication du candidat PS, d'instaurer une TVA anti-délocalisation et l'opposition de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, au "contrat de générations" défendu par François Hollande.

"Vous avez toujours un socialiste qui vous sert de référence, hein, ça c'est aussi votre méthode", a ironisé le candidat PS. "Est-ce que vous voulez que je vous serve aussi tous les responsables de droite qui ont dit du bien de vous ?".

Sur le dossier du nucléaire, Nicolas Sarkozy a dénoncé l'accord "misérable" passé entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts, accusant son adversaire de vouloir "mettre à bas le nucléaire parce que Mme Joly fait 2,3% des voix, c'est un choix gravissime".

François Hollande a expliqué ne vouloir fermer que la centrale de Fessenheim, en Alsace, précisant qu'il n'était "pas lié sur cette question avec les Verts".

Sur le réseau Twitter, l'équipe Hollande s'en est donné à coeur joie.

"Le débat ne porte que sur le projet de François Hollande. Nicolas Sarkozy sombre dans la caricature", a estimé son directeur de campagne, Pierre Moscovici.

Bernard Cazeneuve, porte-parole du candidat PS, a décelé "la maîtrise d'un côté, la tarabistouille de l'autre".

Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7130445 le jeudi 3 mai 2012 à 10:32

    Madame Pineau a un seul parti, le parti pris...Pas très équilibré comme papier

  • gari31 le jeudi 3 mai 2012 à 10:29

    hollande a tout compris ! sarko se place en supérieur, il a répondu au feu par le feu, il s'est placé encore plus haut, remarquable, je précise je suis pas PS !

  • gari31 le jeudi 3 mai 2012 à 10:27

    lol hollande coupait sarkosy, l ump fait que ça depuis 10 ans, couper les autres !!! je précise je suis pas pour hollande en particulier ...

  • M8489937 le jeudi 3 mai 2012 à 10:09

    NS c'est bientôt la fin et heureusement ! ! ! dehors et GO HOME LA HONGRIE ! ! ! espèces d'immigrés avec toute sa clique ! ! !

  • M6749774 le jeudi 3 mai 2012 à 10:03

    En seconde partie du débat, Hollande coupait constamment Sarkozy, avec une grossièreté remarquable. Si c'est cela dominer son adversaire...

  • Feradur le jeudi 3 mai 2012 à 09:23

    Sarko: Si j'ai été si mauvais hier soir, c'est la faute de Hollande....

  • grossard le jeudi 3 mai 2012 à 08:56

    JOURNALISTES DE BAS ETAGE ! PARTI PRIS CONSTANT! PLUS DURE SERA LA CHUTE QUA NS sera reelu!!

  • tmf43 le jeudi 3 mai 2012 à 08:52

    Ca va nous changer du pantin désarticulé capable de se contredire en permanence sans que ses fans n'y comprennent rien. Vivement un vrai président qui ne soit pas la risée du monde entier pour notre pays.

  • M4189758 le jeudi 3 mai 2012 à 08:03

    JPi - Au fur et à mesure que les taux remontent.

  • M4189758 le jeudi 3 mai 2012 à 08:02

    JPi - En fait de baisse il ne nous restera qu'à baisser le pantalon.