Un historien imagine Paris en 2040

le
0
INTERVIEW - Dans sa dernière fiction, Arthur Bernard propulse le lecteur dans un Paris métamorphosé.

Le Paris du futur d'Arthur Bernard est séparé en deux espaces distincts, un quartier d'affaires et de pouvoir et, de l'autre côté, une zone culturelle.

LE FIGARO.- Pourquoi avoir choisi la date de 2040?

Arthur BERNARD.- C'est d'abord un clin d'½il à Louis-Sébastien Mercier, auteur du XVIIIe siècle, qui a écrit l'An 2440, un des premiers romans d'anticipation, qui se passe dans un Paris transporté sept cents ans après la naissance de l'auteur, en 1740. Ensuite, je ne me sentais pas capable d'inventer une histoire davantage avancée dans le temps ; 2040 n'est finalement pas si éloigné de nous! Et, enfin, j'aurai 100 ans en 2040 et ne serai donc probablement plus de ce monde. Le personnage principal, Gaby, est né comme moi le 11 juin 1940...

Ce Paris «décapitalisé» prophétie ou pure imaginati...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant