Un hameau typique du Jura mis en vente aux enchères

le
0

EN IMAGES - Ce site patrimonial inscrit aux Monuments historiques cherche un acquéreur. Mise à prix : à peine 150.000 euros. Le bien comprend 22.271 m² de terrain et 5000 m² de bâti.

Si vous souhaitez vous acheter un bien authentique et reflétant la typicité d’une région, c’est peut être le moment de vous intéresser au hameau dit des «Forges de Baudin», situé en plein cœur du Jura, sur les communes de Sellières et Toulouse-le-Château... Le site est chargé d’Histoire: inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques, il s’agissait du siège historique d’une fonderie. Un bel exemple de l’activité industrielle florissante des XIXe et XXe siècles. Une page qui est en train de se tourner...

«Que devient le patrimoine industriel du Jura?» «Un riche passé en passe d’être vendu pour quelques euros», titre le journal local La Voix du Jura. «Les Forges et le musée de Baudin sont en vente comme une vulgaire cabane de jardin sur Le Bon Coin. Le Conseil départemental lance une grande braderie patrimoniale de printemps», s’indigne la conseillère départementale Danièle Brulebois (PS). Le département avait acheté en effet acheté les lieux en 2013 autour de 300.000 euros et souhaitait en faire un lieu touristique de référence... Une ambition qui a - semble-t-il - été abandonnée.

Seul un acheteur belge est intéressé

Certaines familles vivent encore dans ce hameau, composé d’un ancien presbytère en ruines, d’anciens logements ouvriers, d’un musée, d‘ateliers d’artistes... En tout, le bien compte 22.721 mètres carrés de terrain et environ 5000 mètres carrés de bâti, peut-on lire sur le site de ventes aux enchères Agorastore, sur lequel le hameau a été mis en vente. La restauration de l’ensemble du site avoisinerait les 20 millions d’euros, sans compter le coût de fonctionnement annuel, d’au moins 250.000 euros. Un investissement trop important à assumer pour le Département.

Une mise en vente qui n’est pas du goût des Jurassiens. Interrogé par France 3, le président de l’Association des «Amis des forges de Baudin» dénonce une «vente précipitée» alors que seuls quelques «travaux de survie» auraient permis de conserver le bien en l’état en attendant de trouver une alternative moins radicale... Selon les informations du Parisien, seul un acheteur belge serait intéressé par le hameau pour le moment.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant