Un groupuscule libertaire revendique l'incendie de la caserne de Grenoble

le
0
    LYON, 21 septembre (Reuters) - Un groupuscule proche des 
milieux libertaires a revendiqué l'incendie criminel qui a 
ravagé dans la nuit de mercredi à jeudi la caserne de 
gendarmerie de Grenoble, détruisant 2.000 m2 de locaux et 
plusieurs véhicules de service. 
    Sur son site internet infolibertaire.net, le mouvement 
anarchiste revendique "l'incendie de six fourgons d'intervention 
et de deux camions de logistique" ainsi que du "garage et de 
l'entreprise sur plus de 1.500 m2". 
    Il présente ce geste comme une mesure de représailles au 
procès qui se déroule actuellement au tribunal correctionnel de 
Paris où sont jugés neuf personnes poursuivies pour l'attaque 
d'une patrouille de police le 30 mai 2016 à l'occasion d'une 
manifestation qui n'avait pas été autorisée par la préfecture.  
    Le procès a connu mardi un faux départ en raison de la 
présence de nombreux sympathisants des accusés avant de 
reprendre mercredi.   
    Le groupuscule menace aussi de poursuivre ses actions 
violentes. "Quelle que soit l'issue du procès, on continuera à 
s'en prendre à la police et à la justice. Notre hostilité est un 
feu qui se propage", écrit-il sur leur site.  
    Le ministre de l'Intérieur a réagi jeudi matin en exprimant 
"sa consternation et son indignation" après l'incendie. Il a 
assuré que "toutes les dispositions étaient prises pour que les 
véhicules et les matériels soient remplacées sans délai et que 
les unités de gendarmerie touchées par les destructions soient 
en mesure de remplir leur mission de protection".  
 
 (Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant