Un groupe Facebook antiradars au tribunal: "hypocrisie" ou respect de la loi?

le
0
Un groupe Facebook antiradars au tribunal: "hypocrisie" ou respect de la loi?
Un groupe Facebook antiradars au tribunal: "hypocrisie" ou respect de la loi?

Des suspensions de permis de 15 jours à 4 mois ont été requises mardi contre quinze membres d'un groupe Facebook antiradars, lors d'un procès inédit où la défense a plaidé "l'hypocrisie" de la loi.Le jugement a été mis en délibéré au 3 décembre prochain à 14h.S'en prenant à Facebook, dont il a avoué n'être pas membre, le procureur de Rodez, Yves Delpérié, a dénoncé une "blogosphère où tout serait permis".Quinze prévenus répondaient de "soustraction à la constatation des infractions routières". Parmi eux, huit sont également poursuivis pour "outrages" après avoir qualifié les gendarmes sur la page Facebook de noms d'oiseaux peu amènes.A l'encontre de ces derniers, le procureur a requis des amendes de 300 à 500 euros."Tu vois une camionnette bleue, un radar, des motards... viens le signaler", appelle sur sa page toujours ouverte le groupe Facebook "qui te dit où est la police en Aveyron", comme il se fait appeler depuis sa création en 2012."On peut difficilement prétendre qu'un groupe qui s'intitule ainsi n'a pas pour but de dire où sont les gendarmes", a lancé le procureur. "Vous voulez éviter d'être pris, consultez Facebook", a-t-il ajouté.La défense a en revanche dénoncé une "hypocrisie" de la justice, en faisant valoir que les systèmes d'aide à la conduite fournissaient les mêmes informations, tout en étant totalement légaux. Ces dispositifs "sont les grands absents de ce procès", a lancé dans sa plaidoirie l'avocat Rémy Josseaume, expert en droit automobile, qui défendait 11 des 15 prévenus devant le tribunal correctionnel de Rodez. L'avocat a également cité, exemplaire en mains, le magazine Autoplus, qui publie une carte des radars très précises.Le conseil a en conséquence demandé "la relaxe ou une dispense de peine" pour ses clients, après avoir ironisé en lançant peu avant l'audience: ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant