Un groupe extrémiste grec revendique l'envoi des colis piégés début novembre

le
0
Dans une lettre, deux membres présumés de la «Conspiration des Cellules de feu» se disent «fiers de leur action en faveur de la violence armée et de la révolution».

Trois semaines après la vague de colis piégés découverts à Athènes, un groupe considéré comme «terroriste» par les autorités grecques a revendiqué mardi l'envoi des 14 plis, adressés début novembre à des ambassades et des chefs d'Etat, dont Nicolas Sarkozy. Comme s'y attendait la police, c'est le groupe extrémiste grec «Conspiration des cellules de feu», d'obédience anarchiste, qui s'est attribué ces actions.

Dans une lettre envoyée sur le site alternatif Indymedia, deux membres présumés du groupe, arrêtés à Athènes et placés en détention provisoire au début du mois, ont revendiqué «l'envoi de colis piégés adressés au président français, au siège du Tribunal international à la Haye et aux ambassades de Belgique et du Mexique à Athènes». Dans leur missive, Panayotis Argyriou, 22 ans, étudiant en chimie, et Gérassimos Tsakalos, 24 ans sont restés discrets sur leurs motivations, se disant «fiers de leur action» et expliquant vouloir continuer

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant