Un groupe d'extrême-gauche revendique l'attentat à Istanbul mardi

le
0

ISTANBUL, 6 janvier (Reuters) - Le groupe d'extrême gauche turc DHKP-C a revendiqué l'attentat perpétré par une femme kamikaze mardi contre un commissariat de police du quartier historique de Sultanahmet à Istanbul, qui a tué un policier et en a blessé un autre. Une femme kamikaze est entrée dans le commissariat en disant en anglais qu'elle avait perdu son portefeuille avant de se faire exploser à l'intérieur de ce bâtiment de trois étages situé sur la place où se trouve la célèbre Mosquée bleue. ID:nL6N0UL2I0 Dans un communiqué publié quelques heures après l'attentat sur le site internet "Le cri du peuple", le groupe DHKP-C (Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire) explique qu'il a agi ainsi pour dénoncer l'AKP, le parti au pouvoir, pour le meurtre du jeune Berkin Elvan, 15 ans, mort en mars dernier après avoir passé neuf mois dans le coma, à la suite d'une blessure à la tête lors d'une manifestation anti-gouvernementale. "C'est le même Etat qui a tiré sur Berkin Elvan et qui protège les ministres voleurs", lit-on dans le communiqué. Ce texte fait apparemment allusion à la décision prise lundi par une commission parlementaire de ne pas renvoyer devant la Cour suprême quatre anciens ministres soupçonnés de corruption. Cette décision a été considérée comme une victoire pour le président Recep Tayyip Erdogan, indirectement visé il y a un an par ce scandale alors qu'il était encore Premier ministre. ID:nL6N0UK2QW Le DHKP-C a également revendiqué un attentat à la grenade, le 1er janvier, contre des policiers près des bureaux du Premier ministre Ahmet Davutoglu à Istanbul. Le DHKP-C a déjà attaqué plusieurs commissariats de police en Turquie et revendiqué une attaque suicide contre l'ambassade des Etats-Unis l'an dernier. (Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant