Un groupe d'extrême droite a occupé une mosquée à Poitiers

le
0
DES IDENTITAIRES ONT OCCUPÉ UNE MOSQUÉE À POITIERS
DES IDENTITAIRES ONT OCCUPÉ UNE MOSQUÉE À POITIERS

BORDEAUX (Reuters) - Le Parti socialiste et le Parti communiste demandent la dissolution du mouvement d'extrême-droite Génération identitaire, après l'occupation samedi matin par une soixantaine de ses militants de la mosquée de Poitiers pour protester contre "l'islamisation de la France".

Trois manifestants ont été placés en garde à vue et le parquet de Poitiers a ouvert une enquête judiciaire, notamment pour provocation à la haine raciale, a-t-on appris de source judiciaire.

Dans la matinée, les manifestants ont déployé sur le toit de l'édifice religieux, en chantier à Buxerolles (Vienne), une banderole portant la mention "732, génération identitaire", en référence à l'année 732 où Charles Martel a arrêté la progression des troupes musulmanes au nord de Poitiers.

"Je demande la dissolution de ce groupuscule fanatique dont les agissements violents sont une menace pour l'ordre public, la sécurité des personnes et pour la cohésion républicaine", écrit dans un communiqué Harlem Désir, premier secrétaire du PS.

Même appel de la part du PCF, qui demande à ce que les responsables de Génération identitaire soient poursuivis pour incitation à la haine raciale.

Le parquet de Poitiers a ouvert une enquête judiciaire pour manifestation non autorisée, incitation à la haine raciale, participation à un groupement en vue de la préparation de dégradation de biens et vol en réunion, vol et dégradation en réunion, a-t-on appris de source judiciaire.

Cette manifestation a été vivement dénoncée par le chef du gouvernement ainsi que les institutions représentatives de l'islam de France.

"Le Premier ministre condamne fermement cette provocation qui révèle une haine religieuse inacceptable", a-t-on indiqué à Matignon, où l'on évoque une "agression contre la République et ses valeurs".

"VIOLENCE ANTIMUSULMANE"

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a dit y voir le signe d'une "nouvelle forme de violence antimusulmane".

"Cette occupation grave, sauvage et illégale, accompagnée de slogans hostiles à l'islam et aux musulmans, est sans précédent dans l'histoire de notre pays", écrit l'institution dans un communiqué. "Le CFCM exprime sa profonde inquiétude face à cette nouvelle forme de violence antimusulmane qui témoigne une fois de plus de la volonté de ces groupuscules de mettre en péril notre vivre ensemble."

Dans un communiqué commun, le Comité de coordination des musulmans turcs de France, la Grande mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France disent leur "profonde inquiétude devant une recrudescence d'actes haineux et islamophobes."

Les manifestants, arrivés sur place vers 06h00 avec une tente et un groupe électrogène, ont accepté d'évacuer les lieux six heures plus tard.

"Le directeur départemental de la sécurité publique leur a indiqué qu'il fallait qu'ils quittent les lieux sinon ils seraient évacués par la force", a expliqué à Reuters le préfet de la Vienne, Yves Dassonville.

Génération identitaire réclame la mise en place d'un référendum national sur l'immigration et la construction de lieux de culte musulmans en France.

"Nous ne voulons plus d'immigration extra-européenne ni de nouvelle construction de mosquée sur le sol français", peut-on lire sur son site internet.

Claude Canellas avec Julien Ponthus à Paris, édité par Chine Labbé

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant