Un gouvernement paritaire et allant de la gauche à la droite

le
3
UN GOUVERNEMENT PARITAIRE ET ALLANT DE LA GAUCHE À LA DROITE
UN GOUVERNEMENT PARITAIRE ET ALLANT DE LA GAUCHE À LA DROITE

PARIS (Reuters) - Paritaire et resserré, le gouvernement d'Edouard Philippe annoncé mercredi balaye le spectre politique de la gauche à la droite et comprend des personnalités de la société civile, en particulier Nicolas Hulot, comme l'avait promis Emmanuel Macron.

Composé de vingt-deux membres - onze hommes et onze femmes -, il compte dix-huit ministres et quatre secrétaires d'Etat.

Seuls deux membres du gouvernement sortant y figurent, l'ancien ministre socialiste de la Défense Jean-Yves Le Drian, nommé ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et la radicale de gauche Annick Girardin, ministre des Outre-mer.

Après la nomination du député-maire Les Républicains du Havre à Matignon, deux personnalités du même parti rejoignent Bercy : Bruno Le Maire comme ministre de l'Economie et Gérald Darmanin comme ministre de l'Action et des Comptes publics.

Avec ce casting, le nouveau président et son Premier ministre espèrent convaincre d'autres responsables de droite de rejoindre la majorité présidentielle qu'ils souhaitent constituer. Avant ou après les législatives des 11 et 18 juin.

Interrogé par Reuters dans son bureau après l'annonce du gouvernement, Edouard Philippe a déclaré : "Du courage, j'en ai, et il va me falloir de la chance."

Le premier conseil des ministres aura lieu jeudi à 11h00 (09h00 GMT). Les passations de pouvoir ont commencé mercredi après-midi dans divers ministères.

COLLOMB À L'INTÉRIEUR

Numéro deux du gouvernement, le sénateur-maire socialiste de Lyon Gérard Collomb, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, devient ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur.

Suivent deux autres ministres d'Etat : l'écologiste Nicolas Hulot, ancien animateur d'émissions de télévision nommé ministre de la Transition écologique et solidaire, et le centriste François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron pendant la campagne, qui hérite de la Justice.

Nouvelle ministre des Armées, la députée européenne centriste Sylvie Goulard, prend leur suite dans l'ordre protocolaire.

Richard Ferrand, un dissident PS dirigeant du mouvement En Marche ! d'Emmanuel Macron est nommé ministre de la Cohésion des territoires. Christophe Castaner, un autre proche soutien et également dissident PS, devient secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement.

Issues de la société civile, Agnès Buzyn, médecin, est ministre des Solidarités et de la Santé, tandis que l'éditrice Françoise Nyssen hérite de la Culture.

Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France, succède à Myriam El Khomri au ministère du Travail, où elle mènera les délicates discussions avec les syndicats sur les réformes annoncées par Emmanuel Macron.

Parmi la dizaine de personnalités de la société civile nommées figure aussi notamment l'escrimeuse d'origine antillaise Laura Flessel, ministre des Sports.

Ancien directeur général de l'Enseignement scolaire, le juriste Jean-Michel Blanquer est nommé ministre de l'Education nationale et le radical de gauche Jacques Mézard ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Le gouvernement comprend en outre deux ministres qui travailleront auprès d'un autre ministre, Elisabeth Borne, chargée des Transports, et Marielle de Sarnez, proche de François Bayrou, chargée des Affaires européennes.

(Jean-Baptiste Vey, avec Marine Pennetier, Elizabeth Pineau et Charles Platiau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti il y a 9 mois

    Et be moyenne d'age 180ans? Faut bien qu'ils cotisent quelques semaines pour obtenir leurs retraites…, des fois qu'ils manqueraient…

  • cmaignan il y a 9 mois

    Et bien, c 'est pas si mal que ça :-)

  • M7097610 il y a 9 mois

    dans un mois, ils dégagent