Un gouvernement au Liban après cinq mois de vacance 

le
0
Au terme de subtils calculs, Mikati a nommé 30 ministres, dont 19 alliés au Hezbollah.

Cinq mois après la chute du gouvernement de Saad Hariri, provoquée par le Hezbollah et ses alliés, le Liban s'est doté lundi d'un nouveau cabinet présidé par Nagib Mikati.

Il a fallu beaucoup de patience à ce richissime homme d'affaires pour composer son équipe. Désigné premier ministre le 25 janvier, Mikati a d'abord consacré tous ses efforts à effacer l'image d'«homme du Hezbollah» qui lui colle à la peau en raison des conditions de sa nomination ; puis à reconquérir ses galons auprès de sa communauté, sunnite, rendue furieuse par la mise en minorité de son leader Saad Hariri.

Le député de Tripoli a ensuite cherché à former un gouvernement d'union nationale incluant des représentants du «14 Mars» (l'ancienne majorité), en vain. Finalement, il lui a fallu doser au millimètre les conditions posées par sa majorité, allant de l'équilibre général des voix - le Conseil des ministres libanais est un organe collégial - jusqu'au plus petit calcul politic

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant