Un geste pour les entreprises corses après le conflit SNCM

le
3
ÉTALEMENT ET EXONÉRATIONS DE CHARGES POUR LES ENTREPRISES CORSES APRÈS LE CONFLIT SNCM
ÉTALEMENT ET EXONÉRATIONS DE CHARGES POUR LES ENTREPRISES CORSES APRÈS LE CONFLIT SNCM

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a promis jeudi aux représentants du monde économique corse un étalement de charges et un trimestre d'exonérations pour les entreprises de l'île affectées par le conflit de la SNCM, a déclaré un membre de la délégation à l'issue de deux heures d'entretien avec le Premier ministre.

Le président de la Chambre régionale de commerce et d'industrie de Corse, pour qui il y a une responsabilité partagée de l'Etat, des dirigeants de la compagnie et de ses syndicats dans cette crise, évalue le préjudice économique global pour l'île à plus d'une centaine de millions d'euros.

"Aujourd'hui, on sait que la Corse a perdu entre sept et huit millions d'euros par jour" depuis le 24 juin, a déclaré Antoine Mondoloni à des journalistes.

Il a précisé que Manuel Valls avait promis l'étalement du paiement par les entreprises en difficulté, du fait de cette grève, des charges patronales du deuxième trimestre 2014 et un "effacement" de ces charges pour juillet-août-septembre.

"Il faudra recenser les entreprises impactées, c'est-à-dire le tourisme, le BTP, les agriculteurs", a-t-il poursuivi.

"D'autres demandes viendront, évidemment", a ajouté Antoine Mondoloni, selon qui Manuel Valls a déclaré à la délégation qu'il irait en Corse, sans préciser de date.

Les salariés grévistes de la Société nationale Corse Méditerranée, en grève depuis 17 jours, ont voté jeudi la suspension de leur mouvement lors d'une assemblée générale.

Les six syndicats de la SNCM, qui sont parvenus mercredi avec le négociateur du gouvernement à un compromis donnant un sursis de cinq mois à la compagnie maritime, ont toutefois fait planer la menace d'une nouvelle grève si aucune "solution pérenne" n'est trouvée d'ici la fin de l'année.

Ils sont opposés à un redressement judiciaire de la SNCM, solution que soutiennent les actionnaires et le gouvernement et jugée "probable" par le négociateur.

(Emmanuel Jarry, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 10 juil 2014 à 23:56

    les salariés reprennent leur travail ...de destruction d'entreprises !...il n'y a qu'en France que l'on voit ça...avec la bénédiction de tous nos gvts pour-ris de D comme de G...ou est le coup de karcher promis pour cette chienlit qui ruine la France ???...

  • duine le jeudi 10 juil 2014 à 20:02

    non seulement la sncm nous a couté et n'a pas fini de nous couté à nous contribuable un bras mais maintenant la gangrène se propage également en offrant des cotisations à ces corses.Qu'on leur file également l'indépendance tant voulu par certains et qu'on en parle plus!!!

  • M8637171 le jeudi 10 juil 2014 à 19:45

    Le vrai et bon geste pour la corse ce serait de liquider la SNCM. le reste n'est que mauvaise politique économique. quelle bande de charlatans !