Un geste fiscal envisagé pour les veufs

le
8
Un geste fiscal envisagé pour les veufs
Un geste fiscal envisagé pour les veufs

A onze jours de la présentation officielle du projet de loi de finances pour 2014, plusieurs pistes sont encore à l'étude pour doper ? un peu ? le pouvoir d'achat des ménages. Au-delà des mesures sur la prime pour l'emploi (lire nos éditions d'hier) et la revalorisation de la décote, le ministère de l'Economie explore d'autres solutions pour alléger l'impôt sur le revenu des contribuables les plus modestes.

Ainsi, à la demande des parlementaires PS, le maintien d'un avantage fiscal pour les veufs et veuves est, pour reprendre l'expression d'un haut fonctionnaire, « regardé de près » à Bercy. « C'est effectivement sur la table », confirme une source gouvernementale. Pour bien comprendre, un petit retour en arrière s'impose. En 2008, la précédente majorité vote la fin progressive de la « demi-part fiscale » profitant aux veufs et veuves ayant eu un enfant. Pour les personnes n'ayant pas élevé seules leurs enfants pendant cinq ans, l'avantage lié à cette demi-part de quotient familial est réduit progressivement : 400 ? maximum pour les revenus 2011 (impôt payé en 2012) et 120 ? pour 2012 (impôt payé cette année). Et, surtout, zéro euro l'année prochaine ! Cela a des effets très concrets sur le budget de ces contribuables.

Bercy se penche aussi sur la taxe d'habitation

« Une personne dans cette situation qui a 35000 ? de revenu a vu sa charge d'impôts passer de 3 204 ? en 2011 à 3 764 ? aujourd'hui. Si l'avantage fiscal disparaît totalement, son imposition passera à 3 884 ? l'année prochaine », calcule Vincent Drezet, secrétaire général du syndicat des impôts Solidaires-Finances publiques. Et d'ajouter : « Selon les estimations de l'époque, la disparition de cet avantage devrait faire économiser environ 900 M? à l'Etat. »

« Prolonger l'avantage fiscal procuré par cette demi-part d'une année pour les veufs est techniquement faisable », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le lundi 16 sept 2013 à 12:57

    Et les orphelins? Et les sourds et malentendants?

  • gnapi le lundi 16 sept 2013 à 11:50

    Le pays des béquilles fiscales. On taxe à fond, puis ... on recule par touche pour éviter la catastrophe.Quelle vision, quelle stratégie !

  • M7472687 le lundi 16 sept 2013 à 11:09

    La natalité est bien suffisante en France et ne doit pas être faite pour équilibrer des régimes de retraite par répartition qui ont été basée sur toujours plus de monde....c'est une course sans fin et une fuite en avant...La population n'a jamais été aussi élevée en France et dans le monde ....Où cela va t'il s'arrêter ?

  • calippe3 le lundi 16 sept 2013 à 10:21

    Prolongation d'une année à cause des élections 2014, et après on applique on n'est plus dupe

  • brun3686 le lundi 16 sept 2013 à 08:21

    rien d'incohérent ds la suppression de cet avantage : à situation de famille égale en année N, impôt égal. Pourquoi prendre en compte des charges passées ?qd à l'impact de la natalité sur les finances publiques, raisonnez aussi avec l'éducation nationale et les alloc

  • b.renie le lundi 16 sept 2013 à 06:07

    Encore une mesure incohérente car elle touche la politique familiale donc va entraîner une baisse de la natalité donc réduire le nombre de cotisants dans le futur au régime de retraite par répartition, dont le taux de cotisation va devoir continuer à grimper et finir par devenir insoutenable pour les actifs du momen. Absurde

  • pichou59 le dimanche 15 sept 2013 à 20:11

    ils prennent les gens pour des c ons - ils suppriment tout et maintenant c'est tout et son contraire!!!!!!

  • xela78 le dimanche 15 sept 2013 à 12:53

    Ils vont pleurer aux prochaines élections municipales.