Un G20 semé d'embûches pour la France

le
0
L'Allemagne est d'accord avec Paris pour que cinq indicateurs de performance économique soient adoptés par le G20. Washington n'est pas pressé, alors que le Brésil promet de s'opposer aux régulations de matières premières.

 

À quelques heures de l'ouverture du sommet des mi­nistres des Finances des 20 pays les plus riches de la planète - vendredi et samedi à Paris -, les négociations s'intensifient en coulisses. Berlin a fait plusieurs gestes de bonne volonté, mercredi, en indiquant par la voix d'un haut fonctionnaire du ministère des Finances que l'Allemagne soutenait «activement les initia­tives de la présidence française». L'évolution est notable sur l'un des projets phares de Paris, qui voudrait aboutir, d'ici à samedi soir, à une définition commune des indicateurs économiques à partager au sein du G20. En novembre dernier, à Séoul, le secrétaire américain au Trésor, Tim Geithner, s'était heurté aux Allemands et aux Chinois, hostiles à sa proposition de limiter à 4% les déficits ou les excédents de la balance courante.

 

«Ne pas stigmatiser les mauvais élèves» 

 

Berlin semble désormais plus ouvert à cette question, laissant entrevoir qu'un accor

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant