Un Français suspecté d'avoir tué les deux opposants tunisiens

le
3
Un Français suspecté d'avoir tué les deux opposants tunisiens
Un Français suspecté d'avoir tué les deux opposants tunisiens

Le suspect numéro un dans les assassinats des opposants tunisiens Mohamed Brahmi et Chokri Belaïd est «très probablement» le même homme, Boubakeur El Hakim, né en France et condamné en mai 2008 pour avoir mis en place une filière jihadiste vers l'Irak, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Boubakeur El Hakim, qui aura 30 ans le 1er août, est né à Paris. Il avait été condamné à sept ans de prison ferme, assortis d'une période de sûreté des deux tiers. Remis en liberté en janvier 2011, il ne fait depuis lors l'objet d'aucune enquête en France. Considéré comme l'un des organisateurs d'une filière jihadiste vers l'Irak où il s'était rendu pour combattre, il s'était illustré en appelant, dans plusieurs reportages réalisés en Irak par des médias français, ses «frères» du XIXe arrondissement de Paris à le rejoindre.

Le tribunal correctionnel avait estimé qu'il avait eu «un rôle de combattant» et «d'incitateur pour les jeunes Parisiens d'origine étrangère» de ce quartier, de «facilitateur» pour leur passage en Irak et de «superviseur».

Six autres personnes, liées à cette filière, avaient été condamnées en 2008 par le tribunal correctionnel de Paris, dont le principal organisateur de la filière, Farid Benyettou, condamné à 6 ans ferme et qui avait réclamé «le droit d'avoir des convictions», fussent-elles «extrémistes».

Suspect n°1

Les autorités tunisiennes avaient annoncé dès vendredi rechercher activement un islamiste radical du nom de Boubaker Hakim, qui peut également être transcrit de l'arabe en Boubakeur el-Hakim. Il est le suspect numéro un dans l'assassinat des députés d'opposition Mohamed Brahmi jeudi et Chokri Belaïd début février, tous deux tués selon elles avec la même arme.

Le gouvernement tunisien a publié une liste de 14 personnes ? des extrémistes radicaux, certains appartenant à Ansar Ashariaa, principale organisation salafiste en Tunisie ?, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5319573 le lundi 29 juil 2013 à 18:15

    quand on reviendra au droit du sang et non plus du sol... on n'aura plus ce genre de suspect, une honte pour la France...

  • python75 le lundi 29 juil 2013 à 17:33

    Pauvre Tunisie plutôt... Nous leur avons envoyé nos ra.cai.lle!

  • LeRaleur le lundi 29 juil 2013 à 16:47

    Pauvre France, enfin ce qu'il en reste.