Un Français sur deux juge que son téléphone portable lui coûte cher

le
0

43% des personnes interrogées par l'Ifop estiment cependant que leur facture de téléphone a baissé depuis un ou deux ans.

Les prix baissent, mais restent encore trop élevés pour les consommateurs. Selon un sondage Ifop réalisé pour Sud Ouest et publié ce dimanche, un Français sur deux juge que son téléphone mobile lui coûte cher, malgré les baisses de prix consenties par les opérateurs depuis l'arrivée de Free sur le marché du mobile. 15% des personnes interrogées qualifient même le prix de leur mobile de «très élevé».

S'ils sont, selon un autre sondage Ifop publié en janvier, majoritaires à estimer que ce budget est «justifié par rapport à leur consommation», ils déclarent néanmoins, effet de la crise ou habitude prise d'une baisse régulière des prix, être déterminés à réduire leur facture en 2014. Seule une minorité envisage pour cela de changer ses habitudes: les principales stratégies des consommateurs consistent, à égalité, à changer de forfait chez son propre opérateur, ou à changer tout simplement d'opérateur.

Guerre des prix

De nombreux consommateurs n'ont pas attendu cette année pour le faire. La facture de téléphone mobile a déjà baissé ces deux dernières années pour 43% des personnes interrogées. La concurrence accrue sur le marché de la téléphonie mobile a de fait permis de faire baisser les prix. En 2012, l'Arcep notait que les factures s'étaient en moyenne réduites de 11,4%, contre 1% en moyenne en 2011, avant l'irruption de Free. Les prix ont même chuté de 28,4% pour les clients ayant souscrit des forfaits sans terminal.

La création de nouveaux forfaits mobiles à faible coût et la progression des contrats sans terminal rognent les revenus des opérateurs. Ils ont baissé de 8,2% au troisième trimestre 2013 selon l'Arcep, à 9,3 milliards d'euros au total. Free a de surcroît relancé la guerre des prix en décembre dernier, en proposant à ses clients l'accès au réseau 4G au prix de la 3G. Une offre commerciale qui a contraint ses concurrents à revoir à nouveau leur politique tarifaire.

Le mois dernier encore, les opérateurs ont rivalisé d'offres permettant à leurs clients de téléphoner sans surcoût dans les pays européens, conformément à une directive européenne récente. «On pressent qu'il y aura en Europe une hausse des prix nationaux pour rééquilibrer [le coût induit par ce nouveau service], expliquait récemment un expert des télécoms à l'AFP. Mais en France, on a du mal à voir comment cela pourrait se rééquilibrer».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant