Un Français sur cinq peine à régler ses factures de gaz ou d'électricité

le
9
Un Français sur cinq peine à régler ses factures de gaz ou d'électricité
Un Français sur cinq peine à régler ses factures de gaz ou d'électricité

Un cinquième de la population en France connaîtrait des difficultés pour se chauffer et régler ses factures énergétiques. Le constat que dresse le premier rapport de l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE)*, publié ce matin et que nous avons pu consulter en exclusivité, est édifiant. « L'ensemble des populations en situation de précarité énergétique dans leur logement serait de l'ordre de 5,1 millions de ménages, alerte ainsi le rapport dès ses premières pages. Soit plus de 11,5 millions d'individus (20 % de la population). » Des chiffres bien supérieurs à ceux avancés auparavant. Jusqu'à maintenant, les experts estimaient en effet que 3,8 millions de ménages (8 millions de personnes) souffraient de précarité énergétique.

Disparités entre les villes et la campagne

Pourquoi un tel écart ? « L'observatoire a décidé de prendre en compte deux autres indicateurs, explique Bruno Léchevin, président de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), qui gère l'ONPE. Jusqu'à maintenant, on ne s'intéressait qu'à la part du budget allouée aux dépenses énergétiques. Si cette part dépassait les 10 % du budget global, alors on était considéré en état de précarité. » Le premier de ces deux nouveaux indicateurs est subjectif : c'est la sensation de froid, et le fait de se restreindre sur le chauffage pour des raisons économiques. 40 % des Français ont avoué y avoir eu recours l'hiver dernier ! Le deuxième indicateur est plus technique : il prend en compte le niveau de revenus, comme auparavant, mais en tenant compte cette fois-ci de la superficie du logement. « Cela permet par exemple d'inclure des ménages qui ne font pas forcément partie des revenus parmi les plus bas, précise Bruno Léchevin, mais qui vivent en milieu rural dans de grandes maisons très mal isolées. Ils ont des dépenses énergétiques très élevées qui grèvent leur budget et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le vendredi 3 oct 2014 à 11:11

    Allez hop une taxe sur les superprofits scandaleux des capitalistes et des banques et sur les hauts salaires (>2.000€) pour offrir à ces pauvres gens qui ont travaillé dur de 12 à 60 ans pour un salaire de misère l'électricité gratuite et la sérénité... Une vraie "solution" française!

  • domin288 le vendredi 3 oct 2014 à 10:22

    Et du-coup, chauffent juste leur cuisine pour la journée, et le reste de leur demeure reste froid. Ils peuvent être ancien maçon, mais aussi officiers de la marine, ancien juges ou notaires, ouvriers d’usine.

  • domin288 le vendredi 3 oct 2014 à 10:22

    Calibri (Corps)

  • domin288 le vendredi 3 oct 2014 à 10:22

    Mucius, je ne pense pas que ce document parle de paresseux, mais surtout des difficultés d'isoler une maison. Beaucoup de ces personnes nommées ont énormément travaillé, maintenant en retraite et quand ont vieilli, la sensation d'avoir froid augmente avec la sensibilité à l'humidité. De plus, ces gens sont inquiets pour leur avenir, l’avenir de leurs enfants et de leurs petits enfants, ils économisent.

  • M8252219 le vendredi 3 oct 2014 à 09:28

    : Matteo Renzi considère la réforme de la fonction publique comme un des quatre piliers de sa révolution, avec les réformes de la justice, de la Constitution et du marché du travail. Pourquoi ? Premièrement, parce qu'elle touchera directement la vie des citoyens. La vie est déjà compliquée pour des tas de raisons et il est inadmissible de perdre plusieurs semaines pour obtenir un quelconque document.L'administration doit simplifier la vie,pas la compliquer. Qu'attend notre gouvernement français

  • spcmg71 le vendredi 3 oct 2014 à 09:01

    il est vrai que, depuis des dizaines d'années, une grande partie de la population est habituée à avoir des services bien trop bon marché, par rapport à leur coût réel : eau, gaz, électricité, assainissement.

  • spcmg71 le vendredi 3 oct 2014 à 08:59

    et ceci, alors m^me que l'électricité en france est l'une des moins chères de toute l'Europe. Ca va faire quoi, quand l'électricité en France sera à un prix nromal ?

  • taz40 le vendredi 3 oct 2014 à 08:03

    les 4/5 restants sont offerts par de l'assistanat étatique ?

  • mucius le vendredi 3 oct 2014 à 07:43

    Le paresseux est très souvent pleurnichard : il veut attendrir pour bénéficier d'aides supplémentaires pour continuer à ne rien faire. Un peu comme un mendiant sans honneur.