Un Français sur cinq peine à payer ses factures d'énergie

le
1

Désormais, c’est 12,2 millions de personnes et 20% des ménages qui ont du mal à chauffer leur logement. Un chiffre en hausse de 50% depuis 2008.

Un constat alarmant. C’est près de 20% des ménages français qui vivent actuellement dans un état de précarité énergétique qui ne leur permet pas de payer leurs factures d’énergie à la fin de chaque mois. Pis, cette tendance s’est largement amplifiée durant ces dernières années, puisque selon les premiers résultats d’un rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le nombre de ménages concernés a augmenté de... 50% depuis 2008. Huit millions de personnes étaient alors concernées, contre 12,2 millions aujourd’hui.

Pourquoi cette hausse? «Nous avons ajouté deux autres critères à sa définition, précise-t-on à l’Ademe. Celui qui consistait à ne retenir que le dépassement des 10 % du revenu disponible pour ses dépenses de chauffage ne suffisait pas. Car des personnes se privaient justement de chauffage pour ne pas dépasser ce plafond. Nous avons donc ajouté le ressenti au froid et retenu les personnes ayant des revenus bas.» La hausse des prix de l’électricité et du gaz, puis la crise économique de 2008 sont également des éléments déclencheurs. Le Parisien précise qu’en 2015, les aides au paiement des factures des tarifs sociaux se sont élevés à 450 millions d’euros.

Objectif rénovation

C’est aussi au niveau de l’isolation de certains logements que le bat blesse. Une problématique prioritaire aux yeux du gouvernement, dont l’objectif est de rénover pas moins de 500.000 logements par an entre 2017 et 2020. Dans le détail, cela représente 380.000 logements du secteur privé et 120.000 dans le parc de logements publics. La Ville de Paris va également dans ce sens. Il y a mois d’un mois, elle a annoncé qu’elle allait favoriser la rénovation énergétique de 1.000 immeubles privés en cinq ans dans le cadre de son action contre le dérèglement climatique. En cinq ans, près de 51 millions d’euros de fonds publics seront alloués à cette démarche, dont 35,2 par la Ville de Paris et 16 millions de l’Agence nationale de l’habitat.

À noter que pour voir l’état de votre logement, maison ou immeuble, vous pouvez aussi opter pour des outils très simples d’utilisation qui ne trompent pas. Pour que votre argent ne s’envole pas par les fenêtres, Le Figaro Immobilier détaillait l’usage de la caméra thermique, utilisée par les professionnels et certains particuliers. Elle permet de repérer les endroits par lesquels la chaleur s’échappe... Un outil bien utile avant de lancer une rénovation thermique. Gare aussi aux arnaques. Pour bénéficier du crédit d’impôt, les particuliers doivent faire réaliser les travaux par des entreprises disposant du label RGE. Il existe des sociétés frauduleuses démarchant avec des méthodes agressives.

Enfin, dans un premier temps, il est aussi possible de faire de grosses économies en modifiant quelques réglages et abonnements, sans rien perdre en confort. C’est l’objectif de Gilles Nozière, spécialiste de l’analyse des consommations d’énergie. Comment? En couplant relevés automatisés des consommations et algorythmes d’optimisation. Il combine donc l’installation de compteurs intelligents (eau, électricité, gaz, etc.) avec une analyse mathématiques de toutes les données recueillies, et estime pouvoir réduire la facture énergétique de ses clients de 25 à 30%.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.dupuy il y a 11 mois

    le changement c est maintenant