Un Français parmi les tueurs de l'Etat islamique

le
1

* Un Français "très probablement" parmi les tueurs, dit Cazeneuve * Des indices "circonstanciés" confirment sa présence-procureur * Cazeneuve lance un appel aux jeunes Français (Actualisé avec parquet de Paris) PARIS, 17 novembre (Reuters) - "Des indices circonstanciés" confirment la participation d'un Français aux décapitations, par des djihadistes de l'Etat islamique, de prisonniers syriens, a déclaré lundi le procureur de Paris. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'était montré plus prudent dans la matinée, confirmant la "très forte probabilité" de la présence d'un Français de 22 ans parmi ceux qui, dans une vidéo diffusée dimanche, égorgent une quinzaine de prisonniers syriens, présentés comme des soldats fidèles au président Bachar al Assad. "Des indices circonstanciés confirment l'implication d'un Français dans la décapitation de prisonniers syriens montrée dans une vidéo du groupe Etat islamique", déclare dans un communiqué le procureur François Molins. Il devrait donner davantage de détails lors d'une conférence de presse lundi après-midi. Avant lui, Bernard Cazeneuve avait indiqué que l'analyse de la vidéo tendait à établir "avec une très forte probabilité qu'un ressortissant français a pu participer directement à la commission de ces crimes abjects." "Les investigations se poursuivent mais une forte présomption existe qu'il pourrait s'agir de Maxime Hauchard, né en 1992, originaire d'une localité du département de l'Eure et parti en Syrie en août 2013, après un séjour en Mauritanie effectué en 2012", avait-il ajouté. Sur la vidéo, l'homme apparaît à visage découvert, contrairement à celui que la presse britannique a surnommé "John le djihadiste" et qui a été identifié par les autorités de son pays comme étant l'auteur de plusieurs décapitations filmées. APPEL AUX JEUNES Maxime Hauchard avait donné une interview en juillet dernier à BFM TV depuis Rakka, en Syrie. Dans cette interview, il indiquait s'être converti à l'islam grâce à internet, et s'être rendu seul en Syrie. Il disait se préparer à partir en mission et s'attendre à mourir. "La mort, on l'attend avec joie", disait-il. Le jeune Français faisait déjà l'objet d'une enquête confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a indiqué le ministre de l'Intérieur, estimant qu'il appartenait désormais aux autorités judiciaires de "tirer les conséquences" des nouveaux éléments en leur possession. Dans cette vidéo diffusée sur internet, les djihadistes de l'Etat islamique revendiquent l'assassinat de Peter Kassig, un travailleur humanitaire américain de 26 ans enlevé en octobre 2013 en Syrie. Barack Obama a confirmé dimanche sa mort. Il s'agit du cinquième otage occidental décapité par l'Etat islamique depuis les premières frappes aériennes américaines en Irak contre le groupe d'Abou Bakr al Baghdadi. A son arrivée à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, François Hollande a dénoncé dimanche "des crimes contre l'humanité". Son ministre de l'Intérieur a quant à lui lancé un appel aux jeunes Français qui ne cessent de grossir les rangs des djihadistes présents en Syrie et en Irak. "Au-delà de la condamnation de ces crimes innommables, j'appelle solennellement et avec gravité tous nos compatriotes et notamment les plus jeunes qui sont la cible privilégiée de la propagande terroriste, à ouvrir les yeux sur la terrible réalité des actions de Daech et de ses groupes affiliés qui asservissent, qui martyrisent et qui tuent", a-t-il dit. Une centaine de procédures judiciaires visent des Français djihadistes présumés. Parmi eux, 95 ont été mis en examen et 65 écroués, apprend-on de source judiciaire. Les autorités estiment à un millier environ le nombre de Français impliqués dans les filières de départs vers la Syrie et l'Irak, qu'ils soient sur place, en transit ou revenus. (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.marti4 le lundi 17 nov 2014 à 14:15

    Quelqu'un sur ce forum a-t-il vu la vidéo ? Pour moi cela m'a retourné les tripes. Ces assassins qui ont l'air de se glorifier en se prenant pour des résistants et non pour des terroristes ou des sanguinaires, ne doivent pas être éliminer : seulement leur couper les bras pour qu'ils mangent à la gamelle avec leurs pieds.