Un fond de retraite des fonctionnaires dans le viseur de la justice

le
13
Un fond de retraite des fonctionnaires dans le viseur de la justice
Un fond de retraite des fonctionnaires dans le viseur de la justice

Un espoir pour les quelque 340 000 adhérents du Corem, un régime de retraite complémentaire mutualiste essentiellement destiné aux fonctionnaires et notamment aux enseignants ? Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire après une plainte pour tromperie des épargnants.

L’avocate des plaignants, Me Hélène Feron-Poloni, reproche au gérant du Corem, l’UMR (Union mutualiste retraite) d’avoir présenté ce produit à ses adhérents comme sûr et performant, alors même, affirme-t-elle, qu’il y a eu tromperie. Le Corem souffre en effet depuis des années d’un « trou financier aujourd’hui évalué à 2,9 milliards d'euros », avance ainsi la juriste.

Ce défaut de provision vient de loin : le Corem a hérité en 2002 de la débâcle financière du Cref, contraint alors de fermer car dans l’impossibilité de verser leurs pensions aux retraités adhérents — le nombre de victimes avait été évalué à 450 000. Depuis, le Corem, lui, n’a réussi à séduire que 30 000 nouveaux adhérents, bien moins que l’objectif alors affiché, de 20 000 par an.

117 000 retraites en danger

Autant dire que « le nombre de cotisants reste insuffisant pour verser les retraites promises à quelque 117 000 allocataires », fait remarquer Jean-Didier Mazzuca, le président du Comité d’information et de défense des sociétaires du Cref. Quant à la performance du Corem, elle aussi a fait défaut, pointe l’avocate.

« La revalorisation des droits à rente est très inférieure à l’inflation et le plus souvent nulle, détaille Hélène Feron-Poloni, ce qui ampute fortement le pouvoir d’achat des retraités actuels et futurs. » En 2014, les adhérents du Corem ont découvert qu’ils devraient attendre d’avoir 62, et non 60 ans, pour pouvoir toucher une retraite à taux plein.

En attendant une éventuelle ouverture d’information judiciaire par le procureur de Paris, l’avocat de l’UMR, Me Philippe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le jeudi 6 aout 2015 à 22:44

    Cela montre tous ce que la gauche fait en pire ; mais ne vous inquiétez pas les escros n'iront jamais en justice.

  • launor le mardi 4 aout 2015 à 20:24

    le corem est à la répartition ce que la Grèce est à l'europe : un avertissement.

  • brun3686 le mardi 4 aout 2015 à 15:38

    @lorant 21 : il y aurait conflit d'intérêt si les policiers ou magistrats étaient adhérents du Corem, ce qui n'est manifestement pas le cas s'agissant d'un fonds majoritairement souscrit par des enseignants

  • f5gbi le lundi 3 aout 2015 à 17:23

    Quel drame !! Partir en retraite à 62 ans au lieu de 60 ans pour des personnes qui en "activité" sont en congés 5 mois dans l'année, c'est intolérable et les droits de l'homme bafoués !!

  • crcri87 le vendredi 31 juil 2015 à 19:55

    Les enseignants n'ont rien compris avant d'être solidaire il faut savoir compter

  • Jack0007 le vendredi 31 juil 2015 à 15:15

    Et l'Arcco / L'Agirc, ce n'est pas aussi "tromperie des épargnants"

  • ccondem1 le jeudi 30 juil 2015 à 08:34

    Le mouvement mutualiste est pourtant irréprochable, comme le soutenait ce talentueux comique-troupier de B. Maris ! ;-)

  • lorant21 le mercredi 29 juil 2015 à 10:30

    Il y a manifestement prise illégal d'intérêt car les policiers et les magistrats qui traiteront l'affaire sont des... fonctionnaires! Attendez-vous donc à ce que les contribuables paient l’addition!

  • mperonne le mercredi 29 juil 2015 à 10:10

    L état (donc nous) va prendre à son compte le deficite de ce fond de pension car il ne voit que par les protégés fonctionnaires!!!

  • M7361806 le mercredi 29 juil 2015 à 09:54

    un fond où l'on place les copains syndicalistes !