Un figure égyptienne d'Al Qaïda tué en Syrie-sources

le
0
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    AMMAN, 3 octobre (Reuters) - Un membre éminent d'Al Qaïda, 
devenu l'un des chefs de l'ex-Front al Nosra syrien, a été tué 
lundi par un missile tiré par un drone américain dans la 
province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, a-t-on appris 
de diverses sources. 
    Le groupe Djabhat Fateh al Cham, nouveau nom du Front al 
Nosra, a indiqué qu'Abou al Faradj al Masri, 60 ans, avait 
trouvé la mort dans une frappe de la coalition internationale 
menée par les Etats-Unis. 
    Le véhicule dans lequel se trouvait le religieux égyptien, 
de son vrai nom Cheikh Ahmad Salamah Mabrouk, a été frappé près 
de la ville de Djisr al Choughour. 
    Abou al Faradj al Masri a passé plusieurs années en prison 
en Egypte, pays où il était né, avant de partir pour 
l'Afghanistan. Il était l'un des proches du dirigeant d'Al Qaïda 
Ayman al Zaouahiri quand ce dernier était en Afghanistan à la 
fin des années 80, dit-on de source djihadiste. 
    Masri a été l'un des premiers dirigeants du Djihad islamique 
égyptien. Arrêté après l'assassinat du président égyptien Anouar 
el Sadate en 1981, il avait passé sept ans en prison. 
    Comme certains autres djihadistes, Masri était entré en 
Syrie pour rejoindre le Front al Nosra après sa sortie de prison 
en Egypte. Il avait été libéré sous la présidence de Mohamed al 
Morsi, un islamiste issu des Frères musulmans, démocratiquement 
élu et renversé par l'armée à l'été 2013 après de grandes 
manifestations contre son gouvernement. 
    A Washington, un responsable du Pentagone a déclaré à 
Reuters que l'armée américaine avait visé un chef d'Al Qaïda en 
Syrie mais qu'elle étudiait encore le résultat de la frappe. 
    Lors d'une de ses dernières apparitions en public, Abou al 
Faradj al Masri se trouvait aux côtés de l'ancien dirigeant du 
Front al Nosra Abou Mohamed al Djolani quand le groupe a annoncé 
en juillet qu'il changeait de nom pour prendre celui de Djabhat 
Fateh al Cham. 
    Les Etats-Unis avaient fait savoir qu'ils continueraient à 
bombarder le groupe malgré son changement de nom. 
    Le mois dernier, le commandant en chef de Djabhat Fateh al 
Cham, Abou Hadjer al Homsi, a été tué par une frappe aérienne 
dans la province d'Alep. 
 
 (Suleiman Al-Khalidi, avec Ali Idrees à Washington et Ali 
Abdelaty au Caire; Tangi Salaün et Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant