Un festival audiovision pour permettre aux aveugles de "voir" les films

le
0
Un festival audiovision pour permettre aux aveugles de "voir" les films
Un festival audiovision pour permettre aux aveugles de "voir" les films

"Une pluie de cendres recouvre le paysage d'un tissu noir et poussiéreux. Des ptérodactyles tournent dans le ciel obscurci par la fumée". Dans la salle de cinéma, les enfants aveugles écoutent, casque sur les oreilles, les descriptions qui les aident à "voir" le film projeté en ouverture du festival audiovision de Paris.Fabio, 9 ans et demi, est arrivé tout excité mercredi après-midi dans la salle UGC Gobelins du XIIIe arrondissement, où se tient jusqu'au 14 avril ce festival proposant une trentaine de films en audiodescription.Pour le petit garçon, malvoyant, l'attrait tient surtout au fait que "les fauteuils sont confortables, l'écran sera géant, et au cinéma il y a des popcorns". Mais il sait qu'il pourra "imaginer" le film, grâce aux voix off qui lui décriront les décors, les mouvements ("le bébé plonge dans l'arbre et rebondit de feuille en feuille"), les expressions... En cette journée d'inauguration du festival, des élèves de l'Institut national des jeunes aveugles et des lycéens "voyants" ont été invités à la projection en avant-première du film de Jamel Debbouze, "Pourquoi j'ai pas mangé mon père". Ils participeront ensuite à un débat animé par Benjamin Mauro, animateur radio aveugle de naissance.Pour ce dernier, "le procédé de l'audiodescription, ça change beaucoup de choses. Il y a parfois des postures, des allers et venues, des sourires, qu'on n'entend pas forcément". Avec cette technique, "on voit vraiment les films, on les apprécie à leur juste valeur".Afin de ne pas gêner les autres spectateurs, les personnes aveugles et malvoyantes suivent le film avec des boîtiers récepteurs et des casques qui leur sont remis au cinéma, et qui leur permettent d'accéder à la piste sonore supplémentaire, comportant les descriptions.Importée des Etats-Unis, l'audiodescription s'est progressivement développée en France depuis les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant