Un excédent budgétaire en hausse met Berlin sous pression

le
1

(Actualisé avec) BERLIN, 1er septembre (Reuters) - L'Allemagne a dégagé au premier semestre 2014 son excédent budgétaire le plus élevé depuis la réunification, en octobre 1990. Ce nouveau signe de la solidité des finances de l'Allemagne devrait inciter ses partenaires européens à augmenter la pression sur le gouvernement allemand, auquel ils réclament davantage de soutien à la croissance. L'Allemagne a enregistré sur les six premiers mois de l'année un excédent de 16,1 milliards d'euros, soit 1,1% du produit intérieur brut (PIB), montrent les chiffres publiés lundi par l'Office fédéral de la statistique. Ce chiffre place la première économie d'Europe sur de bons rails pour dégager un excédent budgétaire sur l'ensemble de l'année pour la troisième année consécutive. Les données publiées lundi sont également de nature à inciter les autres pays membres de la zone euro à réclamer de l'Allemagne qu'elle fasse davantage pour stimuler la croissance dans le bloc monétaire, notamment en réduisant les impôts et en dopant la dépense publique. "Ces chiffres seront interprétés dans les autres pays européens comme une confirmation de la nécessité de réclamer à l'Allemagne davantage d'efforts budgétaires", commente Holger Sandte, économiste de Nordea Bank. La Banque centrale européenne (BCE) elle-même semble endosser ces appels puisque son président Mario Draghi s'est prononcé récemment en faveur d'une politique budgétaire plus accommodante. ID:nL5N0QS3UH Mais le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a jugé la semaine dernière que les propos du président de la BCE avaient été "surinterprétés". ID:nL5N0QX0Q7 Lundi, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que l'excédent budgétaire pourrait permettre des investissements, à la condition toutefois que la situation économique du pays évolue favorablement. ID:nL5N0R2258 Wolfgang Schäuble a reconnu de son côté, à une conférence à Berlin qui se tenait lundi, que l'investissement en Europe était trop faible, tout en se montrant sceptique sur la nécessité de compenser cette faiblesse par des dépenses publiques. L'économie allemande s'est contractée de 0,2% au deuxième trimestre. Certains économistes prédisent une nouvelle contraction au troisième trimestre qui verrait l'Allemagne entrer officiellement en récession. (Michelle Martin et Noah Barkin, Nicolas Delame, Pätrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3484495 le lundi 1 sept 2014 à 20:04

    Les autres pays devraient prendre exemple !!!

Partenaires Taux