Un ex-cadre américain de la Fifa détaille les dessous-de-table

le , mis à jour à 23:38
0

(Actualisé avec détails de la transcription) NEW YORK, 3 juin (Reuters) - L'Américain Charles Blazer, ancien membre du comité exécutif de la Fifa qui coopère à l'enquête en cours de la justice américaine sur l'instance du football mondial, a admis avoir touché des pots-de-vin en liaison avec les Coupes du monde de 1998 en France et de 2010 en Afrique du Sud. Ses aveux passés devant un juge américain remontent à novembre 2013. Ils figurent dans une transcription partielle de son audition publiée mercredi dont plusieurs passages ont été expurgés à la demande du gouvernement. Membre du comité exécutif de la Fifa de 1997 à 2013, Blazer a également été de 1990 à 2011 le secrétaire général de la Concacaf, la Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes. Blazer, qui a secrètement plaidé coupable de dix chefs d'inculpation criminelle à New York dans le cadre d'un accord avec les procureurs américains, est l'un des principaux informateurs des enquêteurs américains qui travaillent sur les agissements de hauts responsables de la Fifa. Le scandale qui a éclaté mercredi dernier avec l'arrestation de plusieurs responsables de la Fifa dans un hôtel de Zurich a culminé mardi soir avec l'annonce de la démission prochaine du président de l'instance mondiale du football, Sepp Blatter, en poste depuis 1998. INFORMATEUR Lors de son audition à huis clos devant le juge de Brooklyn Raymond Dearie, le 25 novembre 2013, "Chuck" Blazer dit avoir facilité et accepté des commissions occultes liées aux éditions 1998 et 2010 de la Coupe du monde. "Entre autres choses, j'ai accepté avec d'autres personnes, autour de 1992, de faciliter la réception de dessous-de-table en liaison avec le choix du pays-hôte de la Coupe du monde 1998", reconnaît-il dans cette déposition. Le tournoi avait été attribué à - et remporté par - la France, mais un autre document de justice allègue de possibles pots-de-vin versés à Charles Blazer et un autre responsable de la Fifa par le Maroc, qui était également candidat à l'organisation de la compétition. Entre 2004 et 2011, poursuit Blazer, "moi et d'autres au comité exécutif de la Fifa, nous avons accepté des pots-de-vin en liaison avec le choix de l'Afrique du Sud pour être le pays hôte de la Coupe du monde 2010". Son audition évoque aussi des commissions occultes liées à cinq éditions de la Gold Cup, la principale compétition organisée par la Concacaf, étalées entre 1996 et 2003. Il reconnaît aussi avoir pratiqué l'évasion fiscale et travaillé avec des tiers pour transférer des fonds de comptes bancaires en comptes bancaires pour masquer les pratiques de corruption. "Je savais alors que mes actions étaient néfastes", dit-il encore au juge Dearie. Agé de 70 ans, Charles Blazer est l'un des quatre accusés ayant plaidé coupable en secret et accepté de coopérer avec les enquêteurs américains. (Joseph Ax; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant