Un été orageux pour les actions européennes

le
0
V. Hache / AFP
V. Hache / AFP

(lerevenu.com) - Sell in May and go away. L'adage, qui signifie littéralement « vendez en mai et allez-vous en », prend tout son sens cette année. Depuis le début du mois de juin et la réunion de la BCE, l'indice CAC 40, comme le DAX à Francfort, ont abandonné autour de 7%. Principalement adossé au PER, ratio cours sur bénéfice net par action, le rally européen vient de prouver sa fragilité. La Banque Leonardo attribue alors la remontée de 43% du CAC 40 ces 24 derniers mois à une approche par les valorisations puisque les perspectives bénéficiaires ont diminué de 7% sur la période. La fragilité des gains était d'ailleurs illustrée fin juin par la contribution exclusive de Total, première capitalisation et plus forte pondération, à la hausse de l'indice au premier semestre.

Pourtant, d'un côté comme de l'autre du Rhin, les résultats d'entreprises pour le premier semestre de l'exercice ont plutôt convaincu. Selon François Chevallier, stratège de la Banque Leonardo, cette correction des marchés actions européens est née de la déception de la reprise économique sur le continent. Alors que les investisseurs s'attendaient à une reprise aussi forte qu'au milieu des années 2000, la croissance s'essouffle à 1,2%, contre +3% à l'époque. La mauvaise surprise en juillet est venue d'Allemagne, aves les baisses conjuguées des indices ZEW (indicateur avancé de la confiance des investisseurs) et IFO (climat des affaires). Ce n'est pas une

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant