Un été meurtrier pour le wingsuit

le
1
Durant la phase de vol, les adeptes du wingsuit peuvent atteindre 200km/heure.

Un homme de 41 ans, originaire du Var, s'est tué samedi en Savoie alors qu'il pratiquait le base-jump en wingsuit. Ce décès est le cinquième lié à cette pratique constaté depuis le début de l'été dans les Alpes, le troisième en une semaine. L'homme avait sauté avec un ami qui, inquiet de ne pas le voir à l'atterrissage, a alerté les secours. Son corps a été découvert vers 20 heures par l'hélicoptère des secouristes. Une enquête est en cours.

Difficile à localiser quand ils chutent

Le wingsuit se définit comme une discipline de glisse. Le pratiquant saute dans le vide, depuis un avion ou une falaise, et utilise pour «glisser» dans l'air une combinaisons souple, en forme d'aile. Au terme du vol, le sauteur ouvre son parachute.

Les pratiquants du wingsuit sont peu nombreux. On en compte près de 300 en France même s'il n'existe à ce jour aucun club. Ce sport extrême...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le lundi 19 aout 2013 à 17:22

    Il a cherché..........et trouvé. Il est urgent que les pouvoirs !!! publics interdisent ce stupide exercice avec une belle amende pour les contrevenants (55 Km/H au lieu de 50, ça coûte combien au fait ?)