Un été humide a fait chuter la population de papillons

le
0
Les papillons sont eux aussi touchés par le réchauffement climatique.
Les papillons sont eux aussi touchés par le réchauffement climatique.

L'été le plus humide depuis un siècle en Grande-Bretagne a porté préjudice à plusieurs espèces de papillons.


Selon l'édition 2012 du Big Butterfly Count, une enquête participative britannique lancée en 2010 et qui consiste à référencer le nombre de papillons observés, l'étude de quelque 223 000 spécimens a révélé qu'entre 15 et 21 espèces ont vu leurs effectifs diminuer.


Le temps pluvieux et maussade est directement mis en cause. Les précipitations sans précédent (NDLR : Les données publiées par MeteoGroup, la division météo de la Press Association, ont montré que 362 millimètres de pluie sont tombés en juin, juillet et août de l'autre côté du Channel, soit le plus important total depuis 1912), accompagnées de vents forts et de températures faibles, ont même décimé certaines populations déjà mises à mal par la pollution et le réchauffement climatique. Les chenilles en particulier ont beaucoup souffert et cette situation a été catastrophique quant à la capacité pour un papillon mâle de se trouver une compagne, d'où une réduction sensible du nombre de pontes d'?ufs.



Une biodiversité menacée


Il est apparu avec le recensement que les populations de papillons bleus communs ont en outre baissé de 50 % et de 65 % pour les Tircis. L'Amirale Rouge, qui était pourtant abondamment présent l'été dernier, a encore plus pâti du changement climatique, ses stocks accusant une sévère réduction de 72 %. La première place de ce triste classement revient néanmoins au Paon du jour, dont la population a chuté de 89 %.


Ces « coupes » sont un autre effet destructeur du réchauffement climatique, qui contrairement à ce qu'on pourrait croire ne réchauffe pas toujours? Et qui réclame, comme tous les autres grands périls écologiques auxquels la planète doit aujourd'hui faire face, des mesures urgentes qui tardent pourtant à venir...


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant