Un espion libanais embarrasse l'Unesco

le
0

INFO LE FIGARO - Le général Jamil al-Sayed brigue le poste de représentant des îles Marshall à l'Unesco. Il échapperait ainsi à d'éventuelles poursuites dans l'affaire Hariri.

Voilà une affaire qui va soulever des vagues entre Paris et Beyrouth. Dans la plus grande discrétion, le général Jamil al-Sayed, ancien patron de la Sûreté générale et l'un des principaux architectes de la mainmise syrienne sur le Liban, cherche à se faire nommer délégué représentant des îles Marshall auprès de l'Unesco à son siège parisien.

Grâce à l'immunité diplomatique dont il disposerait, l'ancien maître espion éviterait d'éventuelles poursuites du Tribunal spécial sur le Liban (TSL), qui a commencé le mois dernier à juger les assassins de l'ancien premier ministre Rafic Hariri. En août 2005, six mois après l'attentat qui coûta la vie à Hariri, al-Sayed avait été jeté en prison à Beyrouth pour son implication présumée dans le crime. Quatre ans plus tard, faute d'«éléments de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant