Un enjeu majeur de santé publique

le
0
Alors que les premières grandes vagues allergiques viennent de commencer avec le bouleau, les nanoparticules émises lors des pics de pollution exacerbent les allergies au pollen.

Vous êtes insuffisant respiratoire ou atteint d'une maladie cardiovasculaire, jeune enfant ou à l'opposé personne âgée, alors évitez toute activité physique soutenue. La pollution atmosphérique qui sévit présente un risque pour la santé. «Aujourd'hui, la pollution atmosphérique est presque exclusivement due aux moteurs Diesel», rappelle Gilles Dixsaut, médecin au laboratoire d'explorations fonctionnelles respiratoires de l'Hôtel-Dieu.

Les moteurs produisent des particules extrêmement fines. Ces dernières sont formées d'un noyau de carbone lui-même enrobé de composés qui au mieux irritent les voies respiratoires, au pire provoquent des cancers.

Formation d'ozone

Même si les voitures équipées de filtres à particules montrent un progrès, «on sait qu'aucun mécanisme physique ne peut arrêter des particules d'une taille inférieure à 200 nanomètres», poursuit le spécialiste. «De plus, les nanoparticules exacerbent les allergies au pollen», explique Gilles Dix

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant