Un enfant sur quatre menacé de pauvreté dans l'Union européenne

le
8
Un enfant sur quatre menacé de pauvreté dans l'Union européenne
Un enfant sur quatre menacé de pauvreté dans l'Union européenne

Le chiffre paraît faux tant il est immense. 25 millions d'enfants dans toute l'Union européenne sont menacés par un risque de «pauvreté ou d'exclusion sociale», selon un rapport de l'institut statistique Eurostat dévoilé le 16 novembre. Soit un quart des mineurs européens, 26.9% exactement. 

 

Au delà de ce chiffre global dévoilé par Eurostat, on peut identifier deux tendances dans ce rapport : la stabilité relative du risque d'exposition à la pauvreté, dans toute l'Europe et à l'échelle des pays depuis 2010, et la relation entre risque de pauvreté des enfants et le niveau d'études des parents. 

 

Entre 2010 et 2015, la «menace de pauvreté» a baissé en moyenne dans l'UE, mais seulement de 0,6 %. Quand on prend les pays au cas par cas, l'évolution peut être plus importante. Ainsi, la Lettonie a vu son taux d'enfants menacés de pauvreté baisser de 10,9 points en cinq ans, quand la Grèce, dans le même laps de temps, a constaté une augmentation de 9,1 %. La crise de la dette publique a entre-temps frappé le pays, bouleversant son économie de façon durable. 

 

 

 

 

Pour l'institution européenne, un des facteurs aggravant la pauvreté chez les enfants est le niveau d'études des parents. La relation de cause à effet est simple : plus les parents ont suivi des études longues, moins leurs enfants risquent la pauvreté dans leur foyer.

 

 

 

Quels sont les critères retenus? 

Eurostat a arrêté trois cas de figures pour définir la menace :  

 

 Le seuil de pauvreté :

Dans le premier cas, l'enfant vit dans un ménage dont les ressources sont inférieures au seuil de pauvreté. Ce seuil est calculé en fonction du revenu médian national, et de la composition du ménage. En France, pour une personne seule, ce seuil de pauvreté correspondait en 2014 à 1 008 euros par mois, à 1310 euros pour une famille monoparentale avec un seul enfant, et à 1814 pour un couple ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 4 mois

    M276 , dans ce cas supprimons les allocs familiale , on aura que des parents responsable de leurs progéniture

  • M2766070 il y a 4 mois

    Quand on fonde une famille on doit etre capable d assurer de lui assurer :1 toit , et 1 repas..Faire des gosses pour prouver sa virilité devrait etre passible des tribunaux...comme le viol

  • jean-648 il y a 4 mois

    Un enfant sur quatre menacé de pauvreté dans l'Union européenne. Ce n'est pas à cause de l'Europe c'est à cause de la politique néo-libérale en Europe. Quelques milliardaires de plus chaque année et des centaine de milliers de nouveaux pauvres. Les parlementaire européens c'est vous , le peuple qui les désignions. Faut pas voter pour eux....

  • brinon1 il y a 4 mois

    certains pays sont fort exportateurs, Roumanie en tête, Soudan Erythrée Niger, Ethiopie, et quelques autres.... vu le nombre, c'est facile à imaginer ce sera eux ou nous. Nul question d'humanisme, une simple arithmétique parle.

  • SuRaCtA il y a 4 mois

    Sinon, pour éviter de faire baisser notre moyenne national il faut éviter de faire venir des profils sous qualifiés et déjà dans la misère, c'est du bon sens...

  • M2088646 il y a 4 mois

    donc le seuil de pauvreté devrai prendre en compte la capacité à se nourrir, se loger, etc....et pas uniquement un montant qui ne veux strictement rien dire !! c'est vraiment stupide....

  • M2088646 il y a 4 mois

    Pour le calcul du seuil de pauvreté en France évalué à 1000€ par mois est d'une stupidité déconcertante !! car une personne étant au RSA vivant chez ses parents (donc nourrit, logé, sans frais transport) avec 500€ par mois et une personne salarié au SMIC à 1100€ lequel de ses 2 est le plus pauvres ?? évidemment le salarié après avoir payé (loyer, nourriture, transport, mutuelle etc...) en fin de mois il ne lui reste pas 500 euros à dépenser en loisir ou à capitaliser...

  • cavalair il y a 4 mois

    Un enfant sur quatre menacé de pauvreté dans l'Union européenne. Un enfant sur quatre menacé de pauvreté a CAUSE de l'Union européenne