Un émissaire américain est arrivé au Burundi

le , mis à jour à 22:42
0

(Arrivée de l'émissaire américain, conseiller, Onu) BUJUMBURA, 29 avril (Reuters) - Un émissaire du département d'Etat américain est arrivé mercredi au Burundi, où des manifestations ont lieu quotidiennement depuis dimanche pour protester contre la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat consécutif le 26 juin. Les détracteurs du chef de l'Etat dénoncent une décision contraire à la Constitution et une violation de l'accord d'Arusha qui a mis fin à la guerre civile en 2005. De son côté, le Royaume-Uni a conseillé à ses ressortissants d'éviter de se rendre au Burundi. Les manifestations qui ont suivi la décision du chef de l'Etat ont fait deux morts, selon la police. L'opposition parle quant à elle de cinq tués. "En route pour le Burundi. Déçu que le président Nkurunziza viole l'accord d'Arusha", avait écrit sur Twitter Tom Malinovski, secrétaire d'Etat adjoint chargé de la démocratie, des droits de l'homme et du travail, avant son arrivée à Bujumbura. Un conseiller du président burundais, Willy Nyamitwe, a déclaré à Reuters que les propos du diplomate américain manquaient de neutralité. "Mais nous sommes dans un processus démocratique et chacun est libre d'avoir son point de vue", a-t-il dit. Le Conseil de sécurité des Nations unies a fait part mercredi de son inquiétude et a demandé à toutes les parties de faire preuve de retenue. Déplorant la multiplication des témoignages de sympathie adressés aux manifestants, les autorités ont réuni mardi les ambassadeurs en poste à Bujumbura pour inviter les pays étrangers à la neutralité. (Edmund Blair, Patrick Nduwimana et Edith Honan; Jean-Philippe Lefief, Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant