Un émir «chimiste en chef» de Daech capturé par l'armée américaine

le
0
Un émir «chimiste en chef» de Daech capturé par l'armée américaine
Un émir «chimiste en chef» de Daech capturé par l'armée américaine

L'armée américaine a capturé Souleimane Daoud al-Bakkar, alias Abou Daoud, le chimiste en chef de Daech lors d'une opération menée fin février rapporte le New York Times. Cette arrestation majeure a permis à la coalition de «mener de multiples frappes aériennes qui ont perturbé et dégradé la capacité de Daech à produire des armes chimiques», a déclaré jeudi Peter Cook, porte-parole du Pentagone.

Souleimane Daoud al-Bakkar, qui supervisait la fabrication d'armes chimiques et traditionnelles pour Daech, avait été capturé fin février en Irak, selon un responsable militaire américain. Sa capture prive l'organisation djihadiste d'un de «ses dirigeants sur le champ de bataille», précise le Pentagone dans un communiqué. Le département américain de la Défense indique également que, lors de ses interrogatoires, Souleimane Daoud al-Bakkar avait fourni des informations sur les infrastructures et la production d'armes chimiques de Daech ainsi que sur les personnes participant à cette production.

La capture de Souleimane Daoud al-Bakkar est le premier succès publiquement annoncé de l'ETF (Expeditionary targeting force), une unité de forces spéciales américaines que les Etats-Unis viennent de déployer en Irak pour tuer ou capturer les chefs djihadistes et rassembler du renseignement. Le prisonnier a été transféré aux Irakiens jeudi, après sa période d'interrogatoires par les forces spéciales américaines. Car les autorités américaines ne veulent surtout pas garder de prisonniers, échaudées par le désastreux précédent de la prison de Guantanamo. Les forces américaines ne garderont des détenus que «pour des courtes durées», a ainsi souligné Peter Cook, le porte-parole du Pentagone.

Des frappes aériennes près de Mossoul en Irak

Il reste que ces premiers jours de détention du spécialiste des armes chimiques de Daech ont été décisifs pour mener ces multiples frappes aériennes. Selon le New York Times, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant