Un élu FN admet avoir reçu un don «personnel» de l'ex-patron de Bygmalion

le
5
Un élu FN admet avoir reçu un don «personnel» de l'ex-patron de Bygmalion
Un élu FN admet avoir reçu un don «personnel» de l'ex-patron de Bygmalion

Etienne Bousquet-Cassagne, élu municipal Front national (FN) et candidat à des législatives en Lot-et-Garonne, a indiqué lundi avoir bénéficié d'un don de l'ex-dirigeant de la société Bygmalion, pour une campagne électorale en 2012. Le jeune élu d'opposition à Villeneuve-sur-Lot a confirmé à un correspondant de l'AFP avoir reçu un chèque l'ordre de 4.600 euros de Bastien Millot, pour une aide à sa campagne électorale législative en 2012 dans la circonscription de Marmande, une information révélée par le Journal du Dimanche.

«C'est un don personnel d'un particulier à un candidat», a déclaré Etienne Bousquet-Cassagne, rappelant qu'«une entreprise ne peut faire un don à un candidat, c'est interdit. Bastien Millot l'a fait à titre amical et non à titre politique», a-t-il ajouté, assurant n'avoir rien à cacher. «Je ne vois pas ce qu'il y a d'extraordinaire à ce qu'un ami puisse faire un don défiscalisé à un autre ami», a-t-il ajouté, rappelant que l'aide correspondait «peut-être à un quart du budget de ma campagne».

Bousquet-Cassagne a travaillé pour Bygmalion

Etienne Bousquet-Cassagne a aussi confirmé avoir travaillé pour Bygmalion «de 2011 à 2013, un contrat professionnel dans le cadre de mon BTS (de communication) en alternance». Il a précisé n'avoir jamais caché à Bastien Millot son militantisme au FN.

Dans ce qui était le fief de l'ancien ministre socialiste du Budget, Jérôme Cahuzac, contraint à la démission pour avoir menti sur une fraude fiscale, Etienne Bousquet-Cassagne, un des élus symbolisant à 24 ans la jeune garde du parti de Marine le Pen, avait aussi été candidat en 2013 à la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (battu au 2e tour), avant d'être élu au conseil municipal en mars, dans l'opposition.

Bygmalion, dirigée par des proches du président de l'UMP, Jean-François Copé, a été mis en cause par des médias sur un supposé favoritisme, via surfacturations, au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berco51 le lundi 2 juin 2014 à 17:48

    Copé ne savait pas. Copé ne sait rien. Il nous l'a dit les yeux dans les yeux.Il n'a juste pas vu passer 10 millions d'euros de factures. Et ça veut diriger la France.

  • noterb1 le lundi 26 mai 2014 à 15:17

    bof! entre gens du même bord où est le problème ? un jour proche des UMPistes décriés aujourd'hui rejoindront la FN , le fromage c'est encore la meilleure conviction politique

  • M1903733 le lundi 19 mai 2014 à 20:25

    faute avouée à demie pardonnée.

  • marcsim5 le lundi 19 mai 2014 à 13:30

    Depuis le 1er avril 2014, le vote blanc est comptabilisé (loi du 21 février 2014) : " Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc......A cet égard, les prochaines élections européennes seront une première.....

  • M940878 le lundi 19 mai 2014 à 13:26

    et alors ? Hollande s'empiffre sur le dos du contribuable à l'Elysée , il a bien pris 10kgs en deux ans !