Un élevage de 200 000 poules pondeuses aux conditions sanitaires « intolérables »

le
0
Des poules déplumées ou en mauvaise santé.
Des poules déplumées ou en mauvaise santé.

Dans une nouvelle vidéo, l’association L214 révèle les conditions d’élevage « alarmantes » du Gaec du Perrat, qui produit des œufs pour la marque Matines et la grande distribution.

Les cages se succèdent et s’empilent à perte de vue. À l’intérieur, des poules se bousculent dans des espaces exigus et grillagés qui surplombent à peine des amas de fientes. Des asticots profilèrent au sol, des poux grouillent sur les œufs et les poules, et des cadavres en décomposition gisent au milieu des autres gallinacées, dont certaines en mauvaise santé.

Dans une nouvelle vidéo diffusée mercredi 25 mai, l’association de défense des animaux L214 révèle les conditions d’élevage « intolérables pour les animaux et inadmissibles du point de vue sanitaire » qui règnent au sein du Gaec du Perrat, une exploitation de 200 000 poules pondeuses située dans la commune de Chaleins (Ain). L’association s’apprête à déposer plainte devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Bourg-en-Bresse et lance une pétition demandant aux autorités la « fermeture immédiate » de l’élevage industriel.

Les images ont été tournées le 27 avril dans les deux hangars qui accueillent près de 100 000 poules, soit une taille d’exploitation moyenne en France. Les oiseaux y sont enfermés 68 semaines durant, depuis l’âge de 18 semaines jusqu’à leur réforme, sans jamais voir la lumière du jour. Seule activité : pondre des œufs réceptionnés par un tapis mécanique. Le Gaec du Perrat, qui emploie 20 salariés, produit ainsi 160 000 œufs par jour. Selon l’enquête de L214, ils sont notamment vendus sous la marque Matines, dans au moins cinq enseignes de la grande distribution : Auchan, Carrefour, Casino, I...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant