Un eldorado pétrolier sous le Bassin parisien

le
0
INFOGRAPHIE - Des compagnies nord-américaines s'intéressent aux huiles de schiste qui seraient très abondantes dans le sous-sol.

Cela fait un demi-siècle que l'or noir est pompé dans le sous-sol du Bassin parisien. Pas moins de 2000 puits dans 52 champs identifiés produisent aux alentours de 10.000 barils par jour. C'est-à-dire 0,5% de notre consommation nationale. Si les réserves de brut conventionnelles ont déjà été exploitées, les sociétés américaines Toreador et Hess, ainsi que la filiale du canadien Vermilion fondent de grands espoirs sur les pétroles non conventionnels, en particulier les huiles de schiste. Comme les gaz du même nom qui ont déclenché un mouvement de protestation depuis le début de l'année autour des permis d'exploration délivrés à Total et Schuepbach Energy en Ardèche et en Lozère, le pétrole de schiste est piégé dans des couches de roche mère qu'il faut libérer en fracturant la roche, à grands renforts d'eau et d'adjuvants divers. Dans le Bassin parisien, ce sont les roches mères de l'époque géologique du Lias, à 2750 mètres de profondeur, qui renfermen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant