Un écoquartier de 3,4 hectares en plein c½ur de Paris

le
1

Le site de Saint-Vincent-de-Paul, qui se situe à la frontière des Ve, VIe, et XIVe arrondissements accueillera un écoquartier novateur, mélange de mixité sociale et d’espaces verts. La route est encore longue.

Un quartier en pleine transition. Et pour cause: actuellement, on y trouve un quartier alternatif auto-géré où l’on peut se balader librement, avec un bar éphémère, un vide grenier... Mais les choses vont vite changer. L’Etablissement Public Foncier Ile-de-France vient d’acquérir, pour le compte de la Ville de Paris, la première tranche des 3 hectares d’emprise foncière, actuellement occupés par l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul.

Cette première phase comprend 6 bâtiments, dont l’ancienne maternité. Une promesse de vente portant sur 18 940 m² et correspondant au reste du site a également été signée et conduira à un achat ferme début 2016. Au programme, une transformation totale. Et des axes dominants pour créer un véritable éco-quartier à dominante logement, ouvert sur la Ville, favorisant la mixité sociale et coproduit avec les habitants. Le «vivre ensemble» est la valeur essentielle de ce projet.

Comme pour tous les écoquartiers, la force «verte» est également présente. «Penser les espaces publics et les espaces libres comme des espaces fortement plantés ou végétalisés en lien avec les grands espaces verts mitoyens, que ce soit sur les toits, le sol ou les façades», précise le communiqué de la mairie de Paris, tout en précisant le souhait de valoriser le patrimoine et l’histoire du site, notamment en préservant les bâtiments remarquables.

Des projets qui ne font pas consensus

Cette volonté de la mairie de Paris et du XIVe arrondissement n’est cependant pas partagée par tout le monde. Du moins, dans la forme actuelle. Certains riverains ne cachent pas leurs inquiétudes pour l’avenir de leur quartier. En mai dernier, à l’occasion de la fête des voisins, l’association pour le quartier Saint-Vincent-de-Paul et ses deux présidents Nicolas Gusdorf et François Schlumberger avaient organisé un apéritif afin de discuter de l’avenir du quartier. Les quelques 300 membres de l’association et certains habitants du quartier ont l’impression d’être mis à l’écart de ce grand projet de réhabilitation.

«En 2010, une délibération votée en Conseil de Paris prévoyait que les usagers et les habitants de ce quartier feraient partie intégrante des discussions sur le réaménagement du quartier», expliquait alors François Schlumberger. Même son de cloche du côté de Nathalie Kosciusko-Morizet, députée et présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris. qui voulait construire une Cité des Arts et des Sciences sur le site. «C’est un quartier chargé d’Histoire, avec ses ateliers d’artistes, son identité architecturale, et surtout un positionnement géographique idéal», expliquait-t-elle au Figaro.

«La vie étudiante fait également partie intégrante de la vie de ce quartier», expliquait de son côté au Figaro Guillaume Drago, professeur de Droit à l’université d’Assas. «Pourquoi se limiter à des logements sociaux alors que l’on pourrait étudier la possibilité de construire de nouveaux logements étudiants optimalement placés?» Prochaines étapes pour la transformation du quartier: une réunion d’information, puis des ateliers thématiques/débats... où tout le monde devrait avoir voix au chapitre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 12 mois

    Ouf c'est pas la rue St Denis, vous voyez ce quartier changer.....avec des espaces verts et sans p.. vraiment Paris ne serait plus Paris et sans MST.