Un djihadiste français arrêté au Mali, enquête à Paris

le
5

PARIS/BAMAKO (Reuters) - Un djihadiste français présumé a été interpellé à Mopti, dans le centre du Mali, alors qu'il voulait se rendre à Tombouctou avec l'intention d'implanter un réseau, a-t-on appris mercredi de source judiciaire et militaire à Paris et Bamako.

Une enquête préliminaire, confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), a été ouverte par le parquet de Paris, a-t-on précisé, confirmant une information de RFI.

Ibrahim Ouattara, 24 ans, un franco-malien originaire d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a été arrêté alors qu'il voyageait sous une fausse identité.

"Il est entré le 2 novembre au Mali avec un faux passeport sénégalais. Le 3, il a quitté Bamako pour se retrouver à Mopti où il a été arrêté par les forces armées" à la gare routière de Sevaré, a dit à Reuters Nouhoum Togo, porte-parole du ministère malien de la Défense.

Un autre officier malien a précisé qu'une seconde personne avait été interpellée en même temps qu'Ibrahim Ouattara.

Selon le ministre malien de la Défense, le colonel major Yamoussa Camara, cité par RFI, le jeune homme serait "l'élément précurseur d'une dizaine de personnes de différentes nationalités qui seraient en France, composées de Tunisiens, d'Algériens, de Sénégalais et bien sûr de Français."

"Il est venu tâter le terrain et voir dans quelle mesure il peut réussir à faire rentrer les autres membres du groupe", a expliqué le ministre.

Le jeune homme aurait avoué à la sécurité malienne qu'il était en France sous contrôle judiciaire.

"Certainement pour déjouer les services (français), il a pu s'échapper vers le Portugal. Il a quitté Paris pour Lisbonne le 31 octobre et de Lisbonne il a pris un vol pour Bamako", a raconté le colonel major Yamoussa Camara.

Le suspect, qui, était en prison jusqu'en juillet dernier, aurait fait partie du groupe qui projetait en 2010 d'assassiner le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, le jugeant partisan d'un islam trop modéré, dit RFI.

Le gouvernement français a invité la police à redoubler de vigilance depuis que la mouvance des djidahistes français est apparue au grand jour avec les sept meurtres commis à Toulouse et Montauban par Mohamed Merah, en mars dernier.

Les services spécialisés vont devoir expliquer comment un homme sous contrôle judiciaire et probablement surveillé, a pu quitter le territoire sous une fausse identité.

Des rebelles touareg et militants islamistes ont profité du chaos qui a suivi le coup d'Etat militaire du 22 mars à Bamako contre le président Amadou Toumani Touré pour prendre le contrôle du nord du Mali.

Des experts militaires d'Afrique, des Nations unies et d'Europe ont rédigé mardi des projets visant à permettre la reprise du contrôle de la zone avec l'appui, notamment, de Paris, qui n'enverra cependant pas de troupes au sol.

Tiemoko Diallo, avec Gérard Bon à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le mercredi 7 nov 2012 à 20:06

    tout est bon pour détourner les augmentations fiscales, que la gauche fait passer pour mieux avaler la pilule!!!!! on détourne l'information ( comme si on fume un pétard)!!!!!pour oublier!!!!!!!

  • M169421 le mercredi 7 nov 2012 à 20:04

    J'avais pas lu ce même titre.Bien vu M484!+1 pour toi.

  • manx750 le mercredi 7 nov 2012 à 19:48

    Son faux passeport portait comme nom Wladimir Dupont ?

  • docteur7 le mercredi 7 nov 2012 à 19:47

    M48 : exactement ! C'est un malien immigré en France, sous contrôle judiciaire et retourné au pays. Qu'il y reste !

  • M4841131 le mercredi 7 nov 2012 à 19:38

    Un djihadiste français arrêté au Mali ====> pas du tout c un Un djihadiste malien vivant en france comme toutes ces mer.des...........