Un distributeur automatique d'outils pour les bricoleurs du dimanche

le
3
Un magasin de bricolage de l'agglomération de Tours a installé début novembre un distributeur automatique pour fournir leurs clients même quand l'enseigne est fermée.

Weldom a-t-il trouvé LA solution pour contourner l'interdiction faite à certains magasins de travailler le dimanche? Cette enseigne de bricolage de Luynes, dans l'agglomération de Tours, a installé au début du mois de novembre un distributeur automatique qui dépanne ses clients 24 heures sur 24, même lorsque le magasin est fermé. L'appareil, baptisé «SOS bricolage», propose une quarantaine de produits dont le besoin peut se faire sentir en urgence: des ampoules, des flexibles de douche, des vis ou des piles, au même prix qu'en magasin. Le magasin Weldom de Luynes testera un an durant cette solution, qui pourrait, si le bilan est positif, être étendue aux 280 magasins du réseau, propriété du même groupe que Leroy Merlin.

«Notre objectif était d'offrir aux clients un service supplémentaire, comme la découpe du bois ou la livraison, pour les dépanner même lorsque nous sommes fermés. Il n'est pas question pour nous d'ouvrir le dimanche: nous sommes une bien trop petite équipe», explique Pascal Gaignier, gérant du magasin. Depuis l'installation de l'automate, 40 produits ont été vendus. De 35 à 40% des ventes ont été réalisées le dimanche, mais la plupart l'ont été en semaine à l'heure du déjeuner ou le soir lorsque le magasin était fermé. «Pendant les horaires d'ouverture, les clients ne recourent pas du tout à l'automate car ils ont généralement besoin de conseils», constate le gérant.

Les Français pour des horaires élargis

La loi sur le travail dominical est un véritable casse-tête, sur lequel le gouvernement a promis de légiférer l'année prochaine. Bricorama, qui avait été contraint de fermer le dimanche ses 32 magasins, a attaqué l'année dernière Leroy Merlin et Castorama, deux de ses concurrents qui ouvrent certains de leurs magasins le dimanche, sans finalement obtenir gain de cause. Un rapport établi par Jean-Paul Bailly, rendu public début décembre, prône de son côté d'élargir le nombre de dimanche d'ouverture autorisée, à condition que le volontariat «reste la clé de voûte» du système.

Pour la fédération des magasins de bricolage, l'option du distributeur automatique ne constitue pas une solution à l'interdiction faite à certains magasins d'ouvrir le dimanche. Dans un secteur où le conseil est primordial, «en aucun cas une machine ne pourra remplacer un vendeur. La fédération souhaite que les magasins qui veulent ouvrir le dimanche puissent le faire. Le distributeur automatique ne peut être intéressant que si les salariés ne sont pas volontaires», défend une porte-parole. Les consommateurs, qui ont pris goût à l'ouverture des distributeurs 24 heures sur 24 avec l'essor de la vente en ligne, sont désormais une large majorité à souhaiter que leurs commerces élargissent leurs horaires d'ouverture, soulignait un récent sondage BVA.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le mercredi 18 déc 2013 à 09:11

    cela ne supprimera pas les emplois, reste de la semaine, la preuve, pendant les heures d'ouverture, aucune vente à ce distributeur ... autre chose: 60% des ventes se sont faite en dehors du dimanche, bref ce service est un dépannage , très bien

  • r.espic le mardi 17 déc 2013 à 20:47

    Très bonne chose: Cela supprimera des emplois le reste de la semaine.

  • chimien le mardi 17 déc 2013 à 20:29

    Depuis le temps qu'on attendait la boîte à outils de Pépère....