Un deuxième report de la hausse de la TVA à l'étude au Japon

le
0
DISCUSSIONS SUR UN NOUVEAU REPORT DE LA HAUSSE DE LA TVA AU JAPON
DISCUSSIONS SUR UN NOUVEAU REPORT DE LA HAUSSE DE LA TVA AU JAPON

par Izumi Nakagawa et Kaori Kaneko

TOKYO (Reuters) - Des discussions informelles ont lieu au sein du gouvernement japonais au sujet d'un nouveau report de la hausse de la TVA, les dépenses des ménages étant plus faibles que lorsque le Premier ministre Shinzo Abe est arrivé au pouvoir et continuant en outre de diminuer.

Pour l'heure Abe et le ministère des Finances affirment que la TVA sera augmentée dans 13 mois, passant de 8% à 10%, une décision qui a l'appui de nombre d'économistes inquiets de l'énorme dette publique du pays.

Mais, dans la perspective des élections de la Chambre des Conseillers cet été, certains experts et politiques commencent à penser à un deuxième report de l'impopulaire mesure. "Vu l'état de l'économie japonaise, un report est de bon aloi", a dit à Reuters Etsuro Honda, conseiller économique d'Abe.

Un tel report, explique par ailleurs Satoshi Fujii, de l'Université de Kyoto, serait conforme à ce que demandait le Groupe des Vingt (G20) le mois dernier, soit d'employer tous les moyens possibles pour stimuler la croissance, sans trop s'appuyer sur les coups de pouce des banques centrales.

Abe avait relevé la TVA en 2014, la portant de 5% à 8%, ce qui avait poussé le Japon dans la récession. Il a déjà repoussé d'un an et demi une deuxième hausse qui était prévue pour octobre dernier.

Le Premier ministre a souvent dit qu'il ne repousserait encore cette hausse que s'il se produisait un choc d'une ampleur identique à celui de la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008, qui avait déclenché une crise financière mondiale.

Il a déclaré plus récemment qu'une contraction économique mondiale pourrait l'amener à repenser la chose, expliquant que cela n'aurait aucun sens d'augmenter encore la TVA si elle déprimait la fiscalité directe en asphyxiant l'économie.

Les dépenses des ménages ont baissé de 3,1% en janvier, par rapport à janvier 2015, soit plus que prévu. C'était en outre leur cinquième baisse d'affilée.

Les dépenses de consommation, qui représentant 60% du PIB, sont tombées au quatrième trimestre à leur niveau le plus bas depuis 2011, ne s'étant jamais réellement remises de la première hausse de la TVA.

Les salaires ajustés des prix ont eux diminué de 0,9% l'an passé, pour la quatrième année d'affilée, et une enquête Reuters parue en février montrait que 84% des grandes sociétés japonaises comptaient augmenter les salaires de moins de 2% cette année.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux