Un deuxième décès en Alsace mettant en cause des pétards

le
1
UN DEUXIÈME DÉCÈS EN ALSACE À CAUSE DES PÉTARDS
UN DEUXIÈME DÉCÈS EN ALSACE À CAUSE DES PÉTARDS

COLMAR, Haut-Rhin (Reuters) - Un deuxième homme est décédé, mercredi en Alsace, des suites de blessures occasionnées par des pétards au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre, a annoncé le procureur de Colmar.

La victime, âgée de 24 ans, avait été grièvement blessée au visage par un engin de type mortier alors qu'elle fêtait la nouvelle année dans la salle des fêtes de Thannenkirch (Haut-Rhin), selon la presse régionale.

"Il aurait repris cette bombe dont il aurait pensé que la mèche n'avait pas fonctionné", a précisé, en marge d'une conférence de presse, le procureur de Colmar, Bernard Lebeau.

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte. Elle devra notamment déterminer la nature de l'engin explosif qui pourrait être de type "K3", un artifice interdit aux mineurs mais non aux majeurs dans le Haut-Rhin. La victime en aurait fait l'achat sur internet.

Un autre jeune homme d'une vingtaine d'années avait été tué par l'explosion d'un feu d'artifice dans des circonstances similaires au cours de la nuit de lundi à mardi, à Dorlisheim (Bas-Rhin).

Cet événement a conduit l'un des adjoints au maire de Strasbourg, le socialiste Olivier Bitz, chargé de la sécurité, à proposer une interdiction générale de l'usage des pétards.

Le procureur de Colmar a fait part de son scepticisme quant à une telle mesure.

"Je crois qu'il faut surtout faire énormément de prévention. J'ai peur que si on interdit, ce soit comme à l'ère de la prohibition, on crée une envie et un besoin chez certains", a dit Bernard Lebeau.

RÈGLES DIFFÉRENTES

Le magistrat a rappelé que l'Alsace partageait la tradition des tirs de pétards et de feux d'artifices durant la nuit de la Saint-Sylvestre avec l'Allemagne, sa voisine, où "on n'entend pas dire qu'il y ait des accidents comme ça".

Le préfet du Bas-Rhin, Stéphane Bouillon, a estimé pour sa part que la réglementation devait être adaptée. "Il faut que nous durcissions notre arsenal", a-t-il dit sur France-Bleu Alsace.

Les Alsaciens peuvent actuellement jongler avec trois réglementations différentes en matière d'achat et d'usage de pièces d'artifice.

Le département du Bas-Rhin n'autorisait cette année que les pétards et fusées de type "K1", les moins puissants, à toute personne âgée de plus de douze ans, la vente étant limitée à la nuit du Nouvel an.

Le département du Haut-Rhin autorisait en revanche à tout majeur l'utilisation des K2 et K3, suite à l'annulation récente, par le tribunal administratif, d'un précédent arrêté plus restrictif. La vente de K1 et de K2 est quant elle autorisée en Allemagne.

La police du Bas-Rhin a saisi 1.250 kilos de pétards lors de contrôles aux frontières durant le mois de décembre.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cedricdz le mercredi 2 jan 2013 à 19:04

    La théorie de Darwin dans son œuvre