Un deuxième assassinat politique à Tunis

le
0
L'opposition lie le meurtre de Mohammed Brahmi à celui de Chokri Belaïd et accuse les islamistes au pouvoir. » Mohammed Brahmi, un député engagé à gauche » Assassinat de Brahmi : les Tunisiens expriment leur colère dans la rue

Six mois après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, le député de l'opposition Mohammed Brahmi a été tué jeudi, en fin de matinée, alors qu'il sortait de son domicile, situé cité el-Ghazela à l'Ariana, une banlieue de Tunis. Le visage rond barré d'une épaisse moustache, ce nationaliste arabe avait rejoint le Front populaire le 10 février 2013, soit quatre jours après l'assassinat de Chokri Belaïd, le leader de cette formation de gauche.

«Un scénario à la Chokri Belaïd», murmure-t-on à l'hôpital Mahmoud el-Materi où le corps de l'élu est arrivé à 12 h 25 (heure de Tunis). La veille, Nourredine Bhiri, ministre conseiller du chef de gouvernement, a annoncé que les «auteurs de l'assassinat de Chokri Belaïd» étaient «identifi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant