Un Detroit français n'est pas possible

le
0
Un Detroit français n'est pas possible
Un Detroit français n'est pas possible

Une ville française peut-être se déclarer en faillite ? La question se pose alors que la ville de Detroit, cette ville américaine de 700 000 habitants s'est déclarée en faillite. Cette ville qui était le fleuron de l'industrie automobile américaine a vu sa population diminuer de moitié en 60 ans. 47% de la population étaient considérés comme illettrés d'après une étude du Fonds régional de la main d'?uvre de Detroit datant de 2011.

En France, la situation ne semble pas transposable. Car les collectivités territoriales sont obligées par la loi d'avoir un budget à l'équilibre. Elles peuvent en revanche emprunter pour investir. Et si l'opération tourne mal, l'État a la possibilité de placer une collectivité territoriale sous tutelle. C'est une procédure assez banale pour les petites communes.

Avant la crise de 2008, de nombreuses collectivités ont été victimes d'emprunts toxiques. A l'heure actuelle, elles sont 140 à s'être retournées contre Dexia la banque franco-belgequi leur a fourni des produits financiers complexes. Parmi elles, Saint-Étienne, Nice, Clermont-Ferrand et le département de Seine-Saint-Denis. Principal acteur du financement des collectivités jusqu'à ses déboires, Dexia est en cours de démantèlement et une partie des encours de ses prêts aux collectivités a été transférée à une nouvelle structure, la Sfil. Les impayés de ces collectivités concernant leurs crédits restent modérés, au regard des prêts consentis, mais ils ont récemment nettement progressé. Ils ont ainsi triplé (de 30 à 90 millions d'euros) entre 2011 et 2012, selon la Cour des comptes.

Dans les pays de l'Union européenne, la situation est plus tendue. De nombreuses villes ou collectivités connaissent de graves difficultés de financement, qui se sont accentuées depuis la crise de 2008. Mais aucune grande ville n'est en faillite.

Pas de faillite dans l'Union européenne, malgré la crise

En Espagne, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant