Un des «M. Sécurité» de Renault s'explique

le
0
Dans Le Parisien , Marc Tixador dit avoir été «loyal» et révèle les consignes données par Carlos Ghosn. De son côté, Patrick Pélata, numéro deux du groupe, estime qu'il était nécessaire de réagir vite «au risque de l'injustice».

Marc Tixador se dit «blessé par l'attitude de Renault» à son égard. Lui, qui à travaillé ces dernières années à la lutte contre les fraudes chez Renault aux côtés de Dominique Gevrey, cet homme soupçonné d'avoir organisé la fausse affaire d'espionnage, estime avoir «toujours été loyal» envers son employeur, et déplore sa convocation pour un entretien préalable à son licenciement le 6 avril prochain.

Les deux hommes ont été parmi ceux qui ont enquêté les premiers sur cette affaire d'espionnage industriel qui a tourné au cauchemar pour Renault, et qui a conduit au licenciement de trois cadres. Mais, dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France, Marc Tixador tente de se démarquer de Dominique Gevrey, aujourd'hui incarcéré depuis le 13 mars.

«Je n'ai jamais douté de sa source»

Dans cette affaire, Dominique Gevrey avait une source. «Il me paraissait normal, en bon professionnel, qu'il ne dévoile pas le nom de son informateur», explique Marc Tixad

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant